Sélectionner une page

Cette épidémie est-elle envoyée par Dieu ?

Actualités diocésaines, reflexion

Par le Père Patrice Gourrier

J’attendais cette question depuis le début de l’épidémie en Chine. En effet, il est « remarquable » de constater qu’à chaque grande catastrophe mondiale ce type de problématique ressurgit, un peu comme le monstre du Loch Ness. Ainsi, je me souviens que dans les années 1980, quand le Sida a fait son apparition, nombre de personnes ont pu dire que cette maladie avait été envoyée par Dieu afin de punir les homosexuels. Plus tard, lors du Tsunami en Thaïlande, je n’oublierai jamais avoir été abordé dans la rue par une paroissienne. Celle-ci me dit : « Ce tsunami quelle tragédie ! » Je ne pus alors qu’acquiescer. Mais elle poursuivit en me disant : « C’est biblique ». Frémissant intérieurement, je lui demandais pourquoi, et elle me répondit : « La Thaïlande est les pays de la prostitution, Dieu a voulu faire le ménage »… Il n’est donc pas étonnant que cette question ressurgisse aujourd’hui, et il serait irresponsable de la rejeter d’un revers de main offusqué. En effet, elle interroge l’image que nous avons de Dieu et l’image que nous donnons de Dieu. Or, force est de constater qu’il traîne dans le monde et dans l’Eglise des images perverties/défigurées de Dieu. Le père Maurice Zundel, mystique chrétien du XXème siècle, écrivit : « Rien n’est plus déchirant que de voir Dieu constamment défiguré, comme une puissance extérieure au monde, non engagée dans notre vie, confite tout entière en elle-même, dans sa gloire et son bonheur, et jouant dans notre monde qui n’est rien pour Lui, dont Il n’a pas besoin, et qu’Il laisse se débattre dans les agonies que nous connaissons. » Il poursuit : « Tout l’athéisme moderne refuse Dieu ! Tous ces grands talents, Marx, Sartre, Camus… refusent Dieu ! Parce qu’ils le voient comme une limite à l’homme, comme une menace contre l’homme, comme un interdit, une défense, une barrière.. » Ainsi, si ce type d’affirmation ressurgit à chaque grande catastrophe que connaît l’humanité, c’est sans doute parce que nous avons donné à penser que Dieu se jouait de l’homme. C’est pourquoi, le père Maurice Zundel nous invitait il y a plus de cinquante ans à ne pas parler de Dieu car nous risquerions de l’abîmer, mais à « vivre Dieu ». Ainsi, à la suite des textes précédents, il déclarait : « Il faut que nous réformions complètement nos idées sur Dieu… : Dieu est Amour et rien qu’Amour, Dieu Se donne et Il ne peut rien faire d’autre que Se donner. Etre Dieu ne signifie plus dominer et avoir le pouvoir d’écraser les autres, être Dieu signifie se donner sans mesure, se dépouiller éternellement… C’est parce que Dieu ne garde rien, parce qu’Il est tout amour, parce que la respiration de son être est la générosité, que la Création surgit et qu’elle constitue à la fois un secret inépuisable et un appel infini à l’amour […] Dieu subsiste totalement à l’état de don, Il est Dieu, parce qu’Il ne peut que se donner. » Ces quelques lignes extraites de l’ouvrage « Un autre regard sur l’homme » sont à mes yeux prophétiques et d’une très grande actualité. Si nous ne voulons pas qu’à la prochaine grande catastrophe la même question ressurgisse, il est capital que par nos vies, par ce que nous sommes nous laissions transparaître Dieu tel qu’il est. Soyons les vitaux de Dieu et laissons transparaître sa lumière.

Appels
et recrutements
→  Consulter 

Eglise verte
Initiatives
Consulter

 

Formations
diocésaines
→  Grandir dans la foi

 

Donner
à l'Eglise
→  Participer

Lutter
contre la pédophilie
→  En savoir plus

Horaires
de messes
Trouver 

Le 28 Sep 2020