Sélectionner une page
Veillée pascale : une veille en l’honneur du Seigneur
Publié le 8 avril 2023

Veillée pascale : homélie de Mgr Wintzer

 

La cathédrale, ceux qui en ont la charge, ont choisi que, cette année, la célébration des baptêmes se déroule au cœur de notre assemblée.
En toute rigueur, et en fidélité à la pratique ancienne de l’Eglise, ce n’est pas au milieu de nous, en pleine lumière, mais à part, au baptistère, que les baptêmes auraient dû être célébrés.
Vous le savez, Poitiers est l’une des rares villes en France qui possède encore son baptistère antique, celui qui vit renaître à la vie éternelle tant et tant de personnes.
Cela fait pourtant de nombreux siècles que l’on ne baptise plus au baptistère.
Son état actuel ne permet plus de le faire ; on peut le regretter, et je le regrette bien entendu.

Nous l’aurions fait, je crois que ceci aurait provoqué nombre de frustrations.
Ce soir nous sommes heureux de communier aux gestes et aux paroles qui seront dites dans un instant.
Le baptême aurait été célébré au baptistère, nous n’aurions été que peu nombreux à voir et à entendre.
Ceci contredit un peu nos mœurs, nos habitudes, ce qui a du sens pour nous.
Nous sommes une société qui veut voir, qui veut entendre.
Ceci a beaucoup de noblesse, mais aussi nombre de limites et de risques.
Le risque de chercher à voir sans respect de ce qui est privé, intime ; le risque de limiter la réalité à ce dont nous sommes les témoins directs.
Il me semble que la pratique ancienne, qui distingue les lieux, les temps, qui distingue aussi l’ombre et la lumière est une bonne pédagogue.
D’ailleurs, sans même aller au baptistère, nous avons commencé la veillée pascale dans l’obscurité ; pour bien entendre, entendre la Bible, il était nécessaire que le sens de la vue soit moins sollicité.

Dans le passé, le baptême aurait été célébré dans une certaine intimité.
Pour des raisons pratiques bien entendu, de pudeur, du fait du baptême par immersion.
Mais surtout parce qu’il est nécessaire de distinguer des espaces, de distinguer l’intime du public.
Le baptême est une naissance, une nouvelle naissance ; je sais que parfois on peut filmer un accouchement, pourtant c’est dans l’intimité d’une chambre, à domicile, à l’hôpital que celui-ci se vit.
De même la nouvelle naissance se vit dans le baptistère.
C’est seulement ensuite que les nouveau-nés, dans tous les sens de ce mot, sont présentés publiquement.
Vient alors le temps de la confirmation et celui de l’eucharistie, l’accueil par l’assemblée chrétienne.

Je ne remets pas en cause nos pratiques actuelles ; elles sont une joie pour nous tous, les baptisés et toute notre assemblée, mais j’interroge cette attitude plus générale de notre époque, qui peut aussi marquer la vie chrétienne, notre difficulté à distinguer les lieux et les temps.
Tout n’a pas à être public.
Une société sans lieux pour le secret, l’intimité, pour la parole privée est fragilisée.
Combien de fois la Bible nous rapporte que des rencontres avec Dieu se vivent lorsque l’on va à part, lorsque l’on accepte la solitude.
C’est Abraham qui doit partir seul avec son fils Isaac sur le mont Moriah.
C’est Moïse qui entend Dieu dans le buisson ardent, et il est seul, comme il devra aussi s’éloigner du peuple pour recevoir les tables de la Loi à l’Horeb.
Et dans l’Evangile, Jésus s’isole de nombreuses fois pour être avec le Père, jusqu’au jardin de Gethsémani, comme nous l’avons rappelé dans la nuit de jeudi à vendredi.
Et Pâques…, la résurrection…, l’événement n’a aucun témoin, il se déroule dans un tombeau qui est fermé.
Les témoins n’en verront que les conséquences : la pierre qui a été roulée, le tombeau qui est vide, les linges et le suaire.

La nuit de Pâques ne sépare pas, ne pose pas des alternatives, mais elle conjoint des contraires.
L’obscurité et la lumière, l’intime et le public, la mort et la vie, le refus du péché et l’adhésion à Dieu.
C’est peu à peu que la liturgie nous fait passer des souffrances et de la croix du Vendredi saint au matin de Pâques ; et même au matin de Pâques, elles seront nombreuses les questions, les questions mais aussi les doutes, « certains eurent des doutes », dit l’Evangile au sujet des apôtres lorsque le Ressuscité se donne à voir.

Au cœur de l’Evangile de la résurrection, l’ange dit aux femmes : « Vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, il est ressuscité. »
En effet, il n’y a plus de crucifié, Jésus n’est plus retenu par les liens de la mort.
Cependant, les mots « il n’est plus ici », s’ils s’appliquent au Crucifié, s’appliquent aussi au Ressuscité.
Jésus n’est plus parmi nous, il ne reviendra pas, depuis son ensevelissement, on ne pourra plus jamais ni le voir ni l’entendre.
Ce qui nous est laissé, ce sont des signes, des appels, des témoins aussi.
Et même les sacrements, dont celui de l’eucharistie que nous allons célébrer, ne sont pas la présence matérielle, physique du Seigneur, ils en sont les sacrements, les signes par excellence mais non quelque chose qui s’adresserait à nos sens.
C’est ce qu’exprime la prière du Tantum ergo, qui fut composée par saint Thomas d’Aquin :
« Præstet fides supplementum sensuum defectui ». Et en français : « Que la foi vienne suppléer à nos sens et à leurs limites ».

Le baptême célébré dans la chambre du baptistère, la résurrection qui a lieu, sans témoin, dans un tombeau, l’eucharistie qui affirme la présence réelle du Seigneur, mais cachée sous les espèces du pain et du vin…
C’est bien la foi qui décide de nos vies, qui oriente et décide de choix qui, certes, s’appuient sur des signes, des appels, mais qui n’est en rien la conséquence d’une démonstration rationnelle.
Ainsi l’affirme la Lettre aux Hébreux : « La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas » 11, 1.

Nous suivre

Rester en lien avec le diocèse de Poitiers sur les réseaux

Facebook

Visiter notre page Facebook

Instagram

Suivre notre compte Instagram

Newsletter

Abonnez-vous à la Église en Poitou

Dernières actualités

Prier aujourd'hui

23 juillet 2024

Le saint du jour

Prier avec La parole de Dieu

Lectures du jour →

Les messes sur le diocèse

Les horaires de messes

Déposer une intention

Confier une intention de prière

Prochains événements sur le diocèse