Prier Dieu Père (?)

P. Yves-Marie Blanchard

1. La prière n’est pas une affirmation théorique de Dieu, mais une relation vivante à Celui qui en Jésus Christ s’est révélé Père-Fils-Esprit. Dès lors, il est parfaitement légitime que la prière chrétienne s’adresse davantage au Père, au Fils ou à l’Esprit, selon les circonstances et en fonction de l’expérience spirituelle propre à chacun.

2. Toutefois la prière n’est pas seulement le vis-à-vis de Dieu et du croyant. Elle entraîne une communion à la vie de Dieu ; elle introduit au cœur du mystère de Dieu Père-Fils-Esprit. Elle donne au croyant d’éprouver quelque chose de la vie trinitaire. Elle lui permet de vivre la condition filiale, révélée dans le Fils et communiquée par l’Esprit.

3. Dès lors, la prière la plus officielle et la plus structurante pour la foi, c’est-à-dire la liturgie, s’adresse normalement au Père, comme la source de tout bien (ou grâce) et le destinataire de toute action de grâces. Mais cette prière n’est filiale que pour autant qu’elle est d’abord celle du Fils unique, auquel les disciples sont incorporés par le don de l’Esprit Saint.

4. C’est donc bien dans l’Esprit Saint que s’exprime la prière chrétienne, c’est-à-dire qu’elle reçoit de Dieu lui-même le souffle (littéralement : « esprit ») et les mots qui permettent de dire à Dieu : Père. Mais cette attitude filiale n’appartient en propre qu’au Fils unique : aussi les enfants d’adoption attendent de l’Esprit qu’il les unisse au Christ si étroitement que leur prière et leur parole puissent être celles mêmes du Christ (« Abba » : Père).

5. On le voit, la prière chrétienne n’est compréhensible qu’au regard du mystère trinitaire. Elle fait des disciples des « chrétiens », c’est-à-dire d’autres « Christ » tournés vers le Père, dans l’amour filial suscité par l’Esprit. Naturellement, dans la prière personnelle, chacun vit comme il peut sa relation à l’une ou l’autre personne divine, l’essentiel étant de ne jamais perdre de vue l’unité absolue du Dieu qui est inséparablement Père-Fils-Esprit.

« Ceux-là sont fils de Dieu qui sont conduits par l’Esprit de Dieu : vous n’avez pas reçu un esprit qui vous rende esclaves et vous ramène à la peur, mais un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs et par lequel nous crions : Abba, Père. Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers : héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ, puisque, ayant part à ses souffrances, nous aurons part aussi à sa gloire » (Romains 8, 14-18).

« Fils, vous l’êtes bien : Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba – Père ! Tu n’es donc plus esclave, mais fils ; et, comme fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu » (Galates 4, 6-7).

(mars 2004)

Retour aux questions