Sélectionner une page
OFC : quelques films qui font du bien
Publié le 20 novembre 2023

Quelques films qui font du bien

 

OFC 2023 – 15 novembre 2023, n°42
Aux évêques de France

En cette période où l’espérance en l’humanité relève d’un vrai combat spirituel, il est
bienfaisant de recevoir le témoignage de grands cinéastes qui expriment qu’un espoir est encore
possible.
Pour l’un et l’autre des réalisateurs dont il va être question, cet espoir réside dans les « gens de
peu », les déclassés, les relégués.
Le dernier festival de Cannes avait sélectionné les derniers films d’auteurs qui sont des
« classiques », au bon sens de ce terme, des artistes qui n’ont rien à prouver mais qui déclinent
les projets qu’ils portent tant pour leur art que pour la société

 

Aki Kaurismäki a sorti sur les écrans français Les feuilles mortes. On retrouve sa patte : les
couleurs passées, l’alcool qui coule largement, des zones urbaines abandonnées, une musique
d’un rock suranné, et surtout des personnages qui ne brilleraient guère aux yeux de ces
influenceurs qui pensent orienter le cours de l’histoire. Cependant, à la différence de la plupart
de ses films dont on peine à situer l’époque (on penserait spontanément aux années 1950), le
cinéaste finlandais indique que son film se déroule dans notre présent ; plusieurs fois son
héroïne écoute la radio, et il y est question de l’agression russe contre l’Ukraine.

Pourtant, en dehors de cette notation explicite, nous pourrions nous croire encore dans des
temps d’avant-hier. N’y a-t-il pas là comme un choix délibéré ? Celui d’être cet antimoderne
qui, pas la simplicité d’une histoire, un décor qui se démarque des standards contemporains,
choisit une position de retrait voire refus du modèle social présenté comme désirable ? On ne
peut pas pactiser avec une société de l’image, du paraître, du classement, de la compétition…
s’y inscrire, même en la dénonçant, c’est se perdre. Ne reste-t-il alors que le chemin par lequel
on choisit de vivre ailleurs, en dehors ? C’est, me semble-t-il, le choix de Kaurismäki, celui
qu’il poursuit à travers chacun de ses films, et sans doute aussi le style de vie qu’il a choisi.
Quant à l’histoire que narre Les feuilles mortes, il s’agit cette fois-ci d’une histoire d’amour,
simple, modeste, belle surtout.

Avec The old oak, Ken Loach (87 ans), nous offre sans doute son dernier film, en tout cas c’est
ce qu’il laisse entendre.

Loach est ancré dans la réalité contemporaine, il ne se résigne pas aux injustices criantes qu’elle
génère et entretient. Comme son confrère finlandais, il choisit les lieux oubliés, délaissés, ici
une petite ville du Nord de l’Angleterre, loin des lieux de pouvoir qui décident mais se gardent
bien d’assumer ou de supporter les conséquences de ces décisions. Nous sommes en 2016 et la
ville accueille des réfugiés syriens – Chelsea et Westminster se gardent bien de faire de même
sera-t-il dit –. Des pauvres viennent vivre au milieu d’autres pauvres, ces villes minières qui
ont combattu, sans succès, la politique Thatchérienne.

Ken Loach, et son habituel scénariste Paul Laverty sont des combattants : ils dénoncent
directement, sans chercher la nuance, des politiques perverses qui conduisent des pauvres à
s’opposer à d’autres pauvres et à voir en eux la cause de leur malheur, ils sont ainsi dispensés
d’adresser quelque reproche que ce soit aux vrais responsables et décideurs

Loach a l’art de proposer de beaux portraits, de caractériser ses personnages, s’appuyant sur
l’excellence de maints acteurs britanniques. Ici, TJ, son héros, est un homme dont le cœur et la
vie sont à l’image du pub qu’il tient et qui est le centre de l’action : tout est défraichi, plus aucun
entretien n’est fait, il n’y a qu’à attendre que tout s’effondre ou disparaisse. L’arrivée de réfugiés
syriens, dont une jeune-femme, volontaire, dynamique, photographe, lui redonner l’énergie
vitale, retrouvant celle qui avait animé les mineurs pendant les grandes grèves des années 1980,
et dont les photos ornent les murs de l’arrière-salle du pub, inutilisée depuis vingt ans, et qui va
revivre comme lieu de fraternité, de solidarité, entre ces populations délaissées qui comprennent
que c’est en s’unissant qu’elles résistent au système plutôt qu’en cultivant une méfiance
réciproque, voire la détestation. Tous n’entreront pas dans ce projet, mais la fin du film porte
un espoir de fraternité pas toujours présent dans les films de Ken Loach.

Voici deux films qui font du bien, qui émeuvent par la vérité de leurs protagonistes, qui veulent
nous aider à penser que ce ne sont pas toujours les cyniques qui l’emportent. On aimera
retrouver dans l’un et l’autre de ces films le rôle central joué par un chien, ils offrent un beau
soutien à leurs maî 

 

« Les derniers mots de Jésus ce n’est pas d’aimer Dieu, c’est d’aimer l’homme. Car il ne s’agit
plus maintenant de s’évader de la terre, de feindre et d’imaginer un ciel derrière les nuages ; il
s’agit de réaliser en nous et de découvrir dans les autres un infini qui est inconnaissable s’il ne
se réalise pas en nous.

Ce que l’expérience nous apprend, c’est que la foi la plus difficile, c’est la foi en l’homme. Il
faut pour cela une espèce d’héroïsme. Beaucoup sans doute s’imaginent qu’ils ont foi en Dieu
parce qu’ils cherchent une dispense de croire en l’homme » Maurice Zundel, Un autre regard
sur l’homme. Editions du Jubilé, 2005, p. 197.

 

 Pascal Wintzer, OFC

Nous suivre

Rester en lien avec le diocèse de Poitiers sur les réseaux

Facebook

Visiter notre page Facebook

Instagram

Suivre notre compte Instagram

Newsletter

Abonnez-vous à la Église en Poitou

Dernières actualités

Prier aujourd'hui

15 avril 2024

Le saint du jour

Prier avec La parole de Dieu

Lectures du jour →

Les messes sur le diocèse

Les horaires de messes

Déposer une intention

Confier une intention de prière

Prochains événements sur le diocèse

Aucun événement trouvé !