Sélectionner une page

Méditations pour le temps de l’Avent

méditations

Pendant le temps de l’Avent et de Noël des méditations sur l’Espérance, faites par Anne-Claire Dangeard, sœur Dominicaine, vous sont proposées.

Nous remercions les frères dominicains de Lille, qui élaborent et mettent en ligne des sites internet pour offrir la Parole de Dieu, méditée et ouverte sur le monde, de nous permettre de proposer ces méditations.

Retraite dans la ville aide donc à la prière et à la méditation de la Parole de Dieu pour les temps liturgiques de carême, d’avent et le temps ordinaire (les psaumes, les personnages bibliques, l’Évangile de Matthieu et maintenant Lumières dans la Bible).

Théobule répond aux questions des enfants et ThéoDom à celles des plus grands.

 

Le site accueille aussi nos prières pour les échanger entre internautes et les confier à des communautés religieuses. Vous pouvez vous y inscrire avec le lien suivant : https://lumieres.retraitedanslaville.org/

 

Message de Sr Anne-Claire : « Je vous invite à cheminer avec 4 grands personnages : un poète, un mathématicien, un personnage de bande dessinée et le pape François. Leur point commun avec la Bible, c’est l’Espérance. Ensemble, pendant 3 semaines nous découvrions comment elle habite leur vie, comment elle se décline dans la Bible. Pour préparer ce voyage, j’ai beaucoup prié et j’ai aussi cherché à dénicher l’Espérance là où on ne la chercherait pas. J’ai pris beaucoup de plaisir à préparer ce voyage et j’espère que vous en prendrai aussi. Alors, on y va ? »

Vous pourrez retrouver ces méditations sur : Espérance – Lumières dans la Bible (retraitedanslaville.org)
Nous vous souhaitons une bonne route de l’Avent dans la Joie de la venue de notre Seigneur.

 

Le service de la vie spirituelle

Semaine 9 : L'ancre de l'Espérance

Hébreux 6, 16-20

Les hommes prêtent serment par un plus grand qu’eux, et le serment est entre eux une garantie qui met fin à toute discussion ; Dieu a donc pris le moyen du serment quand il a voulu montrer aux héritiers de la promesse, de manière encore plus claire, que sa décision était irrévocable. Dieu s’est ainsi engagé doublement de façon irrévocable, et il est impossible que Dieu ait menti. Cela nous encourage fortement, nous qui avons cherché refuge dans l’espérance qui nous était proposée et que nous avons saisie. Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide pour l’âme ; elle entre au-delà du rideau, dans le Sanctuaire où Jésus est entré pour nous en précurseur, lui qui est devenu grand prêtre de l’ordre de Melkisédek pour l’éternité.

 

Semaine 8 : Une seule espérance

Éphésiens 4, 1-6

Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous.

 

Semaine 7 : La création a gardé l'espérance

Romains 8, 18-25

J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps. Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ? Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.

 

Semaine 6 : Espérant contre toute espérance

Romains 4, 17-22

C’est bien ce qui est écrit : J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de nations. Abraham est notre père devant Dieu en qui il a cru, Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l’existence ce qui n’existe pas. Espérant contre toute espérance, il a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole : Telle sera la descendance que tu auras ! Il n’a pas faibli dans la foi quand, presque centenaire, il considéra que son corps était déjà marqué par la mort et que Sara ne pouvait plus enfanter. Devant la promesse de Dieu, il n’hésita pas, il ne manqua pas de foi, mais il trouva sa force dans la foi et rendit gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d’accomplir ce qu’il a promis. Et voilà pourquoi il lui fut accordé d’être juste.

Semaine 5 : A cause de notre espérance

Actes des Apôtres 23, 6-10

Sachant que le Conseil suprême se répartissait entre sadducéens et pharisiens, Paul s’écria devant eux : « Frères, moi, je suis pharisien, fils de pharisiens. C’est à cause de notre espérance, la résurrection des morts, que je passe en jugement. » À peine avait-il dit cela, qu’il y eut un affrontement entre pharisiens et sadducéens, et l’assemblée se divisa. En effet, les sadducéens disent qu’il n’y a pas de résurrection, pas plus que d’ange ni d’esprit, tandis que les pharisiens professent tout cela. Il se fit alors un grand vacarme. Quelques scribes du côté des pharisiens se levèrent et protestèrent vigoureusement : « Nous ne trouvons rien de mal chez cet homme. Et si c’était un esprit qui lui avait parlé, ou un ange ? » L’affrontement devint très violent, et le commandant craignit que Paul ne se fasse écharper. Il ordonna à la troupe de descendre pour l’arracher à la mêlée et le ramener dans la forteresse.

Semaine 4 : L'ensevelissement de Jésus

Jean 19, 38-42

Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème – celui qui, au début, était venu trouver Jésus pendant la nuit – vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres. Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts. À l’endroit où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin et, dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore déposé personne. À cause de la Préparation de la Pâque juive, et comme ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus.

Semaine 3 : Ne vous inquiétez pas

Luc 12, 22-32

Puis Jésus dit à ses disciples : « C’est pourquoi, je vous dis : À propos de votre vie, ne vous souciez pas de ce que vous mangerez, ni, à propos de votre corps, de quoi vous allez le vêtir. En effet, la vie vaut plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. Observez les corbeaux : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’ont ni réserves ni greniers, et Dieu les nourrit. Vous valez tellement plus que les oiseaux ! D’ailleurs qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? Si donc vous n’êtes pas capables de la moindre chose, pourquoi vous faire du souci pour le reste ? Observez les lis : comment poussent-ils ? Ils ne filent pas, ils ne tissent pas. Or je vous le dis : Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux. Si Dieu revêt ainsi l’herbe qui aujourd’hui est dans le champ et demain sera jetée dans le feu, il fera tellement plus pour vous, hommes de peu de foi ! Ne cherchez donc pas ce que vous allez manger et boire ; ne soyez pas anxieux. Tout cela, les nations du monde le recherchent, mais votre Père sait que vous en avez besoin. Cherchez plutôt son Royaume, et cela vous sera donné par surcroît. Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.

Semaine 2 : Espérance d'un peuple

Baruch 4, 19-24

Allez, mes enfants, allez votre chemin ! Moi, délaissée, je reste solitaire. J’ai quitté la robe de paix, j’ai revêtu le sac du suppliant ; vers l’Éternel je lancerai mon cri, au long de mes jours. Courage, mes enfants, criez vers Dieu ! Il vous arrachera au pouvoir, à la main des ennemis. Car moi, j’ai mis dans l’Éternel mon espérance, pour qu’il vous accorde le salut. Et il m’est venu une joie, de la part du Dieu Saint, en raison de la miséricorde qui bientôt vous sera envoyée par l’Éternel, votre Sauveur. Dans le deuil et les larmes, je vous ai laissés partir ; mais Dieu vous ramènera vers moi, pour toujours, dans la joie et l’allégresse. Comme les voisines de Sion voient maintenant votre captivité, ainsi verront-elles bientôt le salut que Dieu vous accordera, qui viendra vers vous avec grande gloire, dans la splendeur de l’Éternel.

 

Semaine 1 : Où donc est mon espoir ?

Job 17, 11-16

Mes jours ont passé, brisés sont mes plans, les désirs de mon cœur. On veut faire de la nuit le jour ; face aux ténèbres, on prétend que la lumière est proche. Si je dois espérer le séjour des morts comme demeure, étendre dans les ténèbres ma couche, appeler la fosse “mon père”, la vermine “ma mère et ma sœur”, où donc est mon espoir ? mon espérance, qui l’entrevoit ? Elle descendra jusqu’au fond du séjour des morts, quand ensemble nous enfoncerons dans la poussière.

Appels
et recrutements
→  Consulter 

Eglise verte
Initiatives
Consulter

 

Formations
diocésaines
→  Grandir dans la foi

 

Donner
à l'Eglise
→  Participer

Lutter
contre la pédophilie
→  En savoir plus

Horaires
de messes
Trouver 

Le 22 Jan 2021