Sélectionner une page
Les soirées du Centre théologique

Découvrez les soirées du Centre Théologique de Poitiers

Le centre théologique de Poitiers propose tout au long de l’année des soirées en lien avec les sujets d’actualité et de société.

Ces soirées sont gratuites et ouvertes à tous sur inscription.

Les prochaines soirées

2 septembre 2024 - Rentrée - J.-P. Russeil

50e anniversaire (1974-2024)

> 18h : Braderie de livres et découverte de la bibliothèque diocésaine
> 19h : Messe
> 20h-21h

L’enjeu de la formation théologique dans le discernement pastoral.
Un exemple à l’aube du XXe siècle
Jean-Paul Russeil

> 21h cocktail

> Lieu  : Maison Saint Hilaire

3 octobre 2024 - 1974/2024 Le Centre théologique et la société - A. Rouet - E . Boone

Albert Rouet – L’annonce et L’attente. Actualité de s. Justin

Éric Boone – Annoncer l’Évangile aujourd’hui comme hier. Quel dialogue Église et société ?

> 20h-22h

>Lieu  : Maison Saint Hilaire

Jeudi 7 novembre, 5 décembre et 9 janvier - Ateliers de lecture de l’actualité éthique R. Gil -R. Tarrade -

Le journal, la radio, la télévision, les réseaux sociaux relaient quotidiennement des informations, des drames, des événements relevant du champ de la bioéthique. Le début de la vie, la fin de la vie, le vieillissement, le handicap, les maladies, les conditions d’accès aux soins, les innombrables manières de naître, les progrès des sciences de la vie et de la santé, la survie de l’être humain dans son environnement minéral, végétal, animal, cosmique appellent à un travail de discernement. Conçus sur le modèle d’une éthique de la discussion, ces ateliers viseront à effectuer un  travail de discernement. C’est dans la lecture de l’actualité que se déploiera cet exercice de réflexion visant à repérer les conflits de valeurs qui engagent les choix décisionnels de chacun. Existe-t-il des spécificités d’une éthique chrétienne qui doit aujourd’hui vivre dans une éthique citoyenne que ce soit sur le modèle d’une éthique autonome (X Thévenot) ou « théologisée » (G. Médevielle) ? Quel est ce Bien qui engage la conscience quand se pose la question fondatrice de l’éthique : « Que faut-il faire pour bien faire ? »

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

14 novembre 2024 - Table ronde – République, laïcité et religion - A. Giraudet

La République incarne les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen a garanti la liberté religieuse, et la loi de 1905 l’a renforcée. Le but de la politique qui gère notre cité devrait être de tisser des liens profonds et inclusifs entre ses composantes communautaires.

Les échanges politiques, religieux et citoyens permettent qu’il y ait, au quotidien, entente, solidarité et apaisement, pour que nous puissions vivre ensemble plutôt qu’à côté les uns des autres. Or pour que cela soit possible, un engagement continu est nécessaire en faveur du dialogue, de la tolérance et du respect des droits fondamentaux de tous les citoyens.

Nous solliciterons l’avis de juristes ainsi que de représentants de diverses confessions religieuses et des loges maçonniques pour éclairer les interactions complexes et dynamiques entre la république, la laïcité et les religions.

Organisée par Alexandre Giraudet

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire 

15 novembre 2024 - Des normes liturgiques, pour quoi faire ? H. Bricout, Q. Collin

Le Centre Théologique de Poitiers propose une soirée de formation et de réflexion à destination des personnes investies en liturgie.

Cette thématique rejoint certaines de nos préoccupations liturgiques. Comment exploiter au mieux ce qui nous est demandé dans les livres liturgiques sans tomber ni dans une forme de rigidité qui ne tienne pas compte de l’assemblée et qui ne correspond souvent pas à l’esprit des rubriques elles-mêmes, ni dans une créativité désordonnée ou non suffisamment discernée.

Hélène Bricout est professeure de liturgie et de théologie sacramentaire à l’Institut Catholique de Paris, et a dirigé en 2020 un ouvrage collectif intitulé « Du bon usage des normes en liturgie. Approche théologique et spirituelle après Vatican II » (actes du colloque de 2018 de l’Institut Supérieur de Liturgie).

Quentin Collin, prêtre du diocèse de Namur est doctorant en liturgie.

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

26 novembre 2024- Soirée théologique – M.-A. Vitry

Apprendre à gouverner dans un style synodal?

L’expérience des conseils épiscopaux dans la réception de Vatican II.

En de nombreux diocèses, depuis plusieurs décennies, des évêques ont pris l’habitude d’appeler au conseil épiscopal des laïcs, hommes ou femmes, au-delà des seuls vicaires généraux et épiscopaux prévus par le droit. L’enquête réalisée dans les diocèses de France en 2021, et sur laquelle s’appuie ce travail de recherche, manifeste largement ce phénomène. Comment interpréter un écart survenu bien avant le pontificat du pape François ? S’agit-il d’un bricolage institutionnel, d’une innovation religieuse ? Comment qualifier sur le plan ecclésiologique cette réalité d’un conseil comportant divers membres du peuple de Dieu ? Le conseil épiscopal « diversifié » serait comme un laboratoire permettant aux évêques d’expérimenter des manières d’exercer l’autorité au sein du peuple de Dieu. Mon travail de thèse se demande si les conseils épiscopaux sont devenus des lieux d’apprentissages pour vivre l’égale dignité baptismale et la coresponsabilité de la mission de l’Église avec l’évêque au service de l’Église locale.

 

> 18h30-20h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

23 janvier 2025 - 1974/2024 Le Centre théologique et l’Église- A. Talbot - Ph. Blaudeau -

André Talbot – Un regard sur 50 années de formations proposées par le Centre théologique : une Église en prise avec les défis d’hier et d’aujourd’hui

 

Philippe  Blaudeau – Le Centre théologique comme lieu décisif de formation : le témoignage d’un étudiant poitevin devenu historien

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

6 février 2025 - Table ronde – Fin de vie, Soins palliatifs : où en est-on ? A. Claeys, L. Montaz, R. Gil

Les deux lois de 2005 et de 2016 sur les droits des malades en fin de vie ont interdit l’obstination déraisonnable, ont proclamé que nulle limite ne pouvait être fixée au devoir de soulagement des souffrances, ont établi le caractère contraignant des directives anticipées, ont autorisé, quand le pronostic vital est engagé à court terme la sédation profonde et prolongée jusqu’au décès. Où en est actuellement l’engagement du pouvoir exécutif et du Parlement sur la légalisation d’une aide active à mourir et dans quelles conditions ? En quoi l’anthropologie d’une telle législation ne peut se confondre avec les soins palliatifs ? Qu’en est-il de l’accès aux soins palliatifs en France ? En quoi le développement des soins palliatifs relève d’une exigence éthique ?

 

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

Jeudi 20 mars 2025 - 1974/2024 Le Centre théologique et la culture- P. Wintzer

Pascal Wintzer – Dieu n’a pas déserté la culture contemporaine

 

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire

Jeudi 15 mai 2025 - Soirée Cinéma – L’ouverture au spirituel dans le cinéma - L. Schweitzer

Dans Petite théologie du cinéma, un excellent ouvrage de 2014 qui se présente sous forme d’une suite d’échanges entre Jean Collet et Michel Cazenave, le premier explique ceci : « … les films les plus authentiquement spirituels sont rarement nés des bonnes intentions de cinéastes croyants. Presque toujours, ce sont des cinéastes extérieurs à toute religion qui ont réalisé des films vraiment spirituels. » « Ce paradoxe, ajoute Jean Collet, loin de troubler les croyants – dont je suis -, devrait au moins rassurer les chrétiens, car il est au cœur même de l’Évangile : « Le vent souffle où il veut ». Autrement dit ; l’Esprit n’appartient pas à ceux qui le revendiquent. »

Ce paradoxe, nous pouvons l’expliciter en évoquant des cinéastes qui, quand ils conçoivent un film puis quand ils le réalisent, n’oublient pas d’accorder leur place aux spectateurs. Paraphrasant François Truffaut, Jean Collet dit : « Dans le gruyère des grands cinéastes, les trous sont pleins d’Esprit. » Dans une interview de 2017, François Ozon le disait à sa façon : « Comme je traite le spectateur en adulte, je joue avec lui. Je tisse des fils entre nous. J’essaie de lui laisser des espaces où, s’il le souhaite, il peut devenir actif. » C’est précisément dans ces films-là, dans ceux qui laissent de l’espace, que peut le mieux souffler l’esprit (ou même l’Esprit avec un grand E) ! »

Pour ce faire, nous visionnerons un des films les meilleurs de ces dernières années, Cold War (2018) de Pawel Pawlikowski, film dans lequel le cinéaste polonais évoque, en s’inspirant du destin de ses parents, une histoire d’amour de part et d’autre du rideau de fer à l’époque de la guerre froide. C’est précisément et remarquablement un film « plein de trous » dans lequel, sans aucun doute, souffle l’esprit. En nous appuyant sur ce film, nous pourrons débattre sur ce sujet en vue de l’approfondir.

Soirée organisée par Luc Schweitzer.

> 20h-22h
> Lieu  : Maison Saint Hilaire