Dossier : le carême

Actualités, Actualités diocésaines

Le carême peut sembler un temps plutôt triste et morne. Pourquoi cette image si négative ? Ne sommes-nous pas dans l’attente du Seigneur et de sa résurrection ?

Que ce carême soit plein d’espérance et qu’il soit un appel pour chacun à se rapprocher de Dieu avec confiance.

Ce dossier, préparé par les services diocésains, veut permettre à chacun de trouver les explications, les réflexions et pourquoi pas, les ressources pour vivre un temps de carême riche et fécond. Au delà des définitions et des explications, parcourez les différents modules de ce dossier, picorez ici ou là pour trouver ce qui vous convient et répond à vos attentes. D’autres éléments compléteront cet article au fil des jours. 

Bon carême

Julien Girardin-Stika
Responsable diocésain de la communication

Comprendre

Qu'est-ce que le carême ?
 
Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 6 mars 2019, et s’achève le Jeudi Saint, le 18 avril 2019, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 14 avril 2019, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 21 avril 2019, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Homélie de Saint Pierre Chrysologue, évêque de Ravenne, docteur de l’Eglise (+451)

 

Homélie sur la prière, le jeûne et le partage.

Il y a trois actes, mes frères, trois actes en lesquels la foi se tient, la piété consiste, la vertu se maintient : la prière, le jeûne, la miséricorde. La prière frappe à la porte, le jeûne obtient, la miséricorde reçoit. Prière, miséricorde, jeûne, les trois ne font qu’un et se donnent mutuellement la vie.

En effet, le jeûne est l’âme de la prière, la miséricorde est la vie du jeûne. Que personne ne les divise : les trois ne peuvent se séparer. Celui qui en pratique seulement un ou deux, celui-là n’a rien. Donc, celui qui prie doit jeûner ; celui qui jeûne doit avoir pitié ; qu’il écoute l’homme qui demande, et qui en demandant souhaite être écouté ; il se fait entendre de Dieu, celui qui ne refuse pas d’entendre lorsqu’on le supplie.

Celui qui pratique le jeûne doit comprendre le jeûne : il doit sympathiser avec l’homme qui a faim, s’il veut que Dieu sympathise avec sa propre faim ; il doit faire miséricorde, celui qui espère obtenir miséricorde ; celui qui veut bénéficier de la bonté doit la pratiquer ; celui qui veut qu’on lui donne doit donner. C’est être un solliciteur insolent, que demander pour soi-même ce qu’on refuse à autrui.

Sois la norme de la miséricorde à ton égard : si tu veux qu’on te fasse miséricorde de telle façon, selon telle mesure, avec telle promptitude, fais toi-même miséricorde aux autres, avec la même promptitude, la même mesure, la même façon.

Donc la prière, la miséricorde, le jeûne doivent former un patronage pour nous recommander à Dieu, doivent former un seul plaidoyer en notre faveur, une seule prière en notre faveur sous cette triple forme. ~

Ce que nous avons perdu par le mépris, nous devons le conquérir par le jeûne ; immolons nos vies par le jeûne parce qu’il n’est rien que nous puissions offrir à Dieu de plus important, comme le prouve le Prophète lorsqu’il dit : Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; le cœur qui est broyé et abaissé, Dieu ne le méprise pas.

Offre à Dieu ta vie, offre l’oblation du jeûne pour qu’il y ait là une offrande pure, un sacrifice saint, une victime vivante qui insiste en ta faveur et qui soit donnée à Dieu. Celui qui ne lui donnera pas cela n’aura pas d’excuse, parce qu’on a toujours soi-même à offrir.

Mais pour que ces dons soient agréés, il faut que vienne ensuite la miséricorde. Le jeûne ne porte pas de fruit s’il n’est pas arrosé par la miséricorde ; le jeûne se dessèche par la sécheresse de la miséricorde ; ce que la pluie est pour la terre, la miséricorde l’est pour le jeûne. Celui qui jeûne peut bien cultiver son cœur, purifier sa chair, arracher les vices, semer les vertus : s’il n’y verse pas les flots de la miséricorde, il ne recueille pas de fruit.

Toi qui jeûnes, ton champ jeûne aussi, s’il est privé de miséricorde ; toi qui jeûnes, ce que tu répands par ta miséricorde rejaillira dans ta grange. Pour ne pas gaspiller par ton avarice, recueille par tes largesses. En donnant au pauvre, donne à toi-même ; car ce que tu n’abandonnes pas à autrui, tu ne l’auras pas.

carême et vie spirituelle

Même si la vie spirituelle n’est pas l’objet d’attention particulier durant une période de l’année et même si cet aspect de notre vie est à faire grandir chaque jour un peu plus, il y a certains moments qui permettent de prendre le temps et le recul nécessaire. Le temps du carême se prête particulièrement à examiner et à « travailler » cette dimension de notre être.

C’est pourquoi le service diocésain de la vie spirituelle vous fait deux propositions : 

Les Haltes spirituelles ou « comment prendre soin de sa relation à Dieu ? » et une infographie pour vous donner quelques clés pour lire la Parole de Dieu. 

 

Haltes spirituelles

En ce temps de Carême, se retirer, le temps d’une journée, comme Jésus au désert. Prendre du temps pour se poser, se nourrir à la source de la Parole de Dieu, prier, prendre soin de notre relation à Dieu Père, Fils, Esprit. Entendre les appels à se convertir… personnellement… en Eglise… Avec le service de la vie spirituelle.

 

Cette proposition est ouverte à tous ceux qui veulent prendre le temps de respirer, de se poser et de se reposer sur Dieu.

 

Le service de la vie spirituelle sera particulièrement heureux de vous accompagner dans cette démarche. N’hésitez pas à nous contacter :

 

Service Vie Spirituelle – 36 boulevard Anatole France – 86000 Poitiers
vie-spirituelle@poitiers-catholique.fr
07.69.37.80.58 ou 05.49.60.32.91

 

ou

 

Secrétariat Pôle formation : poleformation@poitiers-catholiques.fr – 05.49.60.63.03

 

Dates et lieux :

 

  • Samedi 14 mars 2020 de 9h30 à 16h30 – Monastère de l’Annonciation à Prailles (79)
  • Lundi 16 mars 2020 de 9h30 à 16h30 – Maison mère de la Puye (86)
  • Samedi 21 mars 2020 de 9h30 à 16h30 – Abbaye Sainte Croix – La Cossonnière à Saint Benoît (86)

 

Tout public

 

  • Participation aux frais : 15€ / personne

Lire la Parole de Dieu

Approfondir

Vous souhaitez découvrir des livres, des revues pour vivre un carême fructueux ? Le centre de Ressources de Sciences Religieuses du diocèse vous propose une large sélection et saura vous accueillir et vous informer. Rendez-vous à la Maison Saint-Hilaire, 36 boulevard Anatole France – Poitiers.


Prenez contact avec la bibliothécaire pour les modalités de prêt : bibliotheque@poitiers-catholique.fr ou 05 49 60 63 35 

Voici une sélection des différents ouvrages proposés :

Ouvrages

 

Pour aller plus loin et découvrir d’autres façons de vivre le carême, nous vous proposons un ensemble de liens vers les sites de la Conférence des évêques de France. 

Bricoler et prier, c'est possible !

Le jardin de Pâques

Matériel pour réaliser le jardin de Pâques

Pour la base du jardin qui va évoluer du Dimanche des Rameaux au Dimanche de Pâques prévoir :
– un plateau ou une corbeille,
– du sable, du gravier, de la terre, de la mousse,
– des feuillages, du buis, des branches mortes,
– un petit pot en terre (par exemple pot de yaourt ou pot de fleurs) et une pierre pour le fermer.

Pour les différentes étapes, prévoir les éléments suivant à ajouter :

Dimanche des Rameaux :
– des serviettes en papier ou morceaux de tissus (blanc et couleur), buis.

Jeudi saint :
– un petit cube, une petite coupe et un morceau de pain qui peut être découpé dans du carton.

Vendredi saint :
petites branches de bois et ficelle.

Dimanche de Pâques :
plante à fleurir type narcisse, jacinthe, jonquille ou branches fleuries, bougie type chauffe plat.

Réalisation
Avant le dimanche des Rameaux préparer le décor :
– étaler le sable sur le plateau ou dans la corbeille en prévoyant au moins 1 cm d’épaisseur pour que les éléments du décor puissent tenir,
– Installer le tombeau dans un coin en mettant le pot en terre, le recouvrir de terre,
– ajouter le décor de Jérusalem (à télécharger plus bas),
– disposer un chemin de cailloux allant vers Jérusalem, décorer le désert (mousse, petites branches …).

Dimanche des Rameaux :
Activité manuelle :
– découper des petits vêtements dans les serviettes en papier ou les morceaux de tissus,
– les déposer sur le chemin,
– planter des branchettes de buis le long du chemin.

Faire mémoire :
Quelques jours avant sa mort, Jésus approche de Jérusalem et il est acclamé par la foule qui veut le faire roi.
L’Église revit ce moment en acclamant le Christ et en agitant des rameaux (buis ou laurier) bénis par le prêtre au début de la messe. Nous chantons Hosanna comme la foule qui acclamait Jésus. Ce mot hébreu veut dire « sauve-nous ».

Temps de prière :

Parole de Dieu :
Ils amenèrent l’âne à Jésus, jetèrent leurs vêtements dessus et firent monter Jésus. A mesure qu’il avançait les gens étendaient leurs vêtements sur le chemin. … La foule se mit à louer Dieu à pleine voix :
« Béni soit celui qui vient, lui, notre Roi, au nom du Seigneur ».
(d’après Luc 19 35,38)

Prions :
Avec ceux qui acclament Jésus tu peux reprendre tes rameaux et chanter :

« Hosanna, Hosanna au plus haut des cieux. »

Jeudi saint :

Activité manuelle :
sur un petit cube installer une nappe blanche (en papier ou en tissu), installer la coupe et le pain.

Faire mémoire :
Avant de mourir, Jésus a partagé ce repas avec ses disciples et les a invité à refaire ses gestes et redire ses paroles.
C’est ce que fait le prêtre au cours de la messe. Jésus se rend présent par son corps et son sang à chaque Eucharistie.
Après la messe du Jeudi Saint, les hosties consacrées sont déposées au « Reposoir » lieu magnifiquement décoré.
Les chrétiens sont invités à rester prier devant le Saint Sacrement, en mémoire du Christ qui, après son dernier repas, est parti au Jardin des Oliviers où il va être arrêté. Il a demandé à ses disciples : « Veillez et priez avec moi “.

Temps de prière :

Parole de Dieu :
La nuit même ou il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit :  » Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant :  » Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. »
(1Co11 23,25)

Prions :
Toi aussi tu peux prendre un petit moment de silence devant le jardin de Pâques et dire dans ton cœur :

 » Merci Jésus pour la vie que tu nous donnes. »

Vendredi saint :
Activité manuelle :
avec des branchettes et de la ficelle confectionner trois croix, les installer au dessus du tombeau sur le Golgotha.

Faire mémoire :
C’est le jour ou Jésus est arrêté, jugé et mis à mort sur une croix. Il donne sa vie pour nous.
Aujourd’hui dans les églises les chrétiens se rassemblent pour refaire les étapes du chemin de Croix de Jésus.
Regarde dans ton église, il y a, le long des murs, des petits tableaux qui représentent ce chemin de croix.

Temps de prière :

Parole de Dieu :

Pilate leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié.
Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu dit le Crâne, ou calvaire, en hébreu : Golgotha. Là, ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, un de chaque coté et Jésus au milieu…
Jésus dit  » tout est accompli » puis inclinant la tête il remit l’esprit.
(d’après Jean 19, 16-18 ; 30)

Près du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore mis personne. Comme le sabbat des juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus.
(d’après Jean 19, 41-42)

Prions :
Seigneur aujourd’hui je me souviens de ta mort. Je sais que tu es vraiment mort abandonné par tes amis, crucifié par tes ennemis. Tu leur as tous pardonné. Merci Seigneur pour l’amour que tu nous donnes toujours.

Samedi saint :
Faire mémoire :
Jésus est au tombeau.
C’est un temps d’attente, de silence, l’église est vide.
Nous faisons mémoire du passage de Jésus par la mort. C’est un temps de recueillement, comme un jour de deuil. Les cloches ne sonnent plus. Elles ont carillonné une dernière fois pendant le chant du Gloria, au cours de la messe du Jeudi saint. Elles annonceront la résurrection, la nuit de Pâques.

Temps de prière :

Parole de Dieu :
Maintenant, si notre cœur est triste,
si maintenant nos yeux sont dans la nuit,
c’est que le mont Sion est déserté ; là, rodent les renards.
Fais-nous revenir à toi, Seigneur, et nous reviendrons.
Renouvelle pour nous les jours d’autrefois.
(Lamentations de Jérémie 5,17-18 et 21)

Prions :
Devant le tombeau fermé tu peux prier notre Père à tous comme Jésus nous l’a appris.

Notre Père qui es aux cieux …

Nuit Pascale et Dimanche de Pâques : le Christ est ressuscité

Activité manuelle :
– rouler la pierre pour ouvrir le tombeau,
installer le linceul plié (en papier ou en tissu blanc) au fond du tombeau,
– fleurir le jardin,
– mettre la bougie.

Faire mémoire :
Les femmes qui se rendent au tombeau pour embaumer le corps de Jésus trouvent le tombeau ouvert et vide. Christ est ressuscité ! Des hommes en vêtement éblouissant leur annoncent la Bonne Nouvelle.
Le jour de Pâques nous célébrons la résurrection de Jésus. Jésus a vaincu la mort il est vivant pour toujours. C’est la plus grande fête des chrétiens.
Chaque dimanche nous faisons mémoire de la mort et de la résurrection de Jésus. Dimanche signifie « jour du Seigneur ».
Dans la nuit de Pâques le prêtre bénit le feu allumé devant l’église. Il allume à ce feu le cierge de Pâques qui symbolise la présence du Christ, lumière du monde, au milieu de nous.
Le jour de son baptême, chaque baptisé reçoit la lumière du cierge pascal.

Temps de prière :

Avec tes parents allume la bougie de ton jardin de Pâques.

Parole de Dieu :
Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le coté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Elles ne savaient que penser lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. … Ils leur dirent :  » Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité« .
(Luc 24, 1-6)

Prions :
Avec toute l’Église tu peux redire ce chant :

Qu’éclate dans le ciel la joie des anges ! Qu’éclate de partout la joie du monde, Qu’éclate dans l’Église la joie des fils de Dieu ! La lumière éclaire l’Église, La lumière éclaire la terre, Peuples chantez ! Refrain : Nous te louons, splendeur du Père, Jésus, fils de Dieu.

Gardons au cœur cette joie pascale.
Chaque jour prenons un temps devant le jardin de Pâques et redisons :
« Jésus est ressuscité, Alléluia ! »

Vous pouvez nous envoyer une photo de votre jardin de Pâques, avec votre autorisation, nous la publierons !

 

Appels
et recrutements
→  Consulter 

Eglise verte
Initiatives
Consulter

 

Formations
diocésaines
→  Grandir dans la foi

 

Donner
à l'Eglise
→  Participer

Lutter
contre la pédophilie
→  En savoir plus

Horaires
de messes
Trouver 

Le 07 Avr 2020