Sélectionner une page
Toussaint 2023
Publié le 20 octobre 2023

La sainteté est-elle de l’ordre du possible pour des êtres humains ordinaires ?

« La sainteté est-elle de l’ordre du possible pour des êtres humains ordinaires ?

Je ne sais pas si ceci est davantage avéré cette année que ce le fut par le passé, mais, ce que nous constatons ce sont des êtres humains qui sont capables de se faire les pires choses, de se traiter avec une cruauté que l’on ne semble même pas rencontrer dans le règne animal.

Le cycle des violences et vengeances au Proche-Orient, les attentats sur notre sol, mais aussi les violences sexuelles et autres que les journaux nous rapportent presque quotidiennement… tout ceci nous accable.

Parler de sainteté semble alors relever ou de l’illusion ou du miracle.

L’humanité ordinaire nourrit plutôt pessimisme sinon désespoir.

 

On en vient même à se demander si on ne s’est pas illusionné au sujet de toutes les figures de sainteté dont les murs de nos églises portent les statues ou les portraits.

Mensonge à leur sujet ? Etaient-ils si impeccables ?

Ou bien illusion, moyen de nous évader de ce qui serait la condition humaine ordinaire.

Nous savons combien les déceptions ont pu être profondes lorsque nous avons appris les travers, voire les crimes de telle personne que nous portions aux nues.

Les révélations au sujet de beaucoup de communautés et de leurs fondateurs ont produit de l’accablement chez beaucoup.

Alors, faut-il ne rien attendre de l’humanité ? Toute espérance portée en telle personne est-elle illusoire ?

 

Je ne sais pas si c’est propre à notre époque, mais il semble que beaucoup aient besoin de héros, de personnes hors du commun.

La raison profonde, c’est que nous sommes habités par le besoin d’admirer.

C’est une belle attitude, c’est quelque chose qui nous permet de nous dépasser.

Les lieux où nous prions, à commencer par cette cathédrale, suscitent cela et sont nourris de ce besoin ; comment ne pas être dans l’admiration devant un édifice si grandiose, comme devant une œuvre d’art, un paysage, aussi devant la beauté de tel oiseau ou de tel visage ?

Je le souligne, c’est en regardant, ou en écoutant – je n’oublie pas la musique – des choses belles que nous devenons plus beaux.

La beauté est heureusement contagieuse.

A contrario, nous savons que des spectacles avilissants répondent à leur programme : ils nous avilissent !

 

La beauté, comme la sainteté, peut nous sauter aux yeux, aux oreilles ; chacun a pu être saisi par une personne, par une réalité.

Lorsque cela arrive, ne boudons pas notre joie.

Rendons grâce à Dieu pour ces expériences de beauté, de vérité, de sainteté qui nous sont données comme des cadeaux.

Oui, cela arrive, et ce n’est ni illusoire ni mensonger.

 

Ce qui le serait ce serait une beauté, une vérité, une sainteté organisées, fruit de volontés perverses visant à nous manipuler, à utiliser à mauvais escient notre désir si noble d’admirer.

Et c’est vrai que la société de communication use et abuse de nos désirs pour leur procurer des satisfactions à vil prix, y compris dans le domaine religieux.

La vedettarisation de quelques figures catholiques frise pour moi l’indécence, en tout cas c’est de la manipulation.

Pourtant, il y a bien de la sainteté fulgurante, exceptionnelle, heureux sommes-nous d’en être parfois les témoins.

Si la beauté est contagieuse, la sainteté l’est au moins autant ; surtout c’est une affirmation de la foi : nous croyons en la communion des saints, nous croyons que nous sommes portés, grandis par le contact des saints, par leur prière.

 

Oui, mesurons ce que nous devons aux autres, à leur amour, à leur attention, même très discrète.

Thomas Merton, dans son journal spirituel, en donne une belle expression :

« Si nous savions ce que les gens qui nous aiment font pour nous sauver de la damnation par le simple fait de leur amitié pour nous, nous apprendrions un peu d’humilité .

Seul l’amour nous donne la vie, et sans l’amour de Dieu nous cesserions d’être, et peut-être que sans le bien, l’amour spontané et la charité de nos amis, qui plaident pour nous devant Dieu sans toujours le savoir, Il nous aurait abandonnés depuis longtemps à notre châtiment et aurait détourné Sa face au loin en nous laissant nous précipiter du bord de l’abîme, où l’amour de nos amis nous tient encore par leurs prières, prononcées ou non » Thomas Merton, Méditations sur les lucioles. Journal (1939-1968). Bayard, 2021, p. 43.

 

Cette sainteté, qui nous saisit, nous transporte, sans qu’elle cherche à le faire, sans qu’elle organise ses effets, n’est cependant pas la seule.

Je parlais de la beauté de la cathédrale Saint Pierre dans laquelle nous célébrons.

Elle est le fruit de nombreuses années de travail et de multiples mains, certaines géniales, d’autres plus modestes.

Pareillement, la sainteté peut aussi être une sainteté des « petits pas », une sainteté modeste, humble, qui se laisse construire au fil des événements de la vie et des capacités à se laisser à l’action de l’amour de Dieu.

C’est vrai, cela vient en contradiction avec la manière dont nous pensons la vie, et même surtout la sainteté chrétienne, elle est parfois comprise comme étant de l’ordre de l’exploit.

Dans un livre récent, d’Olivier Hamant, je lisais ces propos, qui dénoncent une société, en l’occurrence une école où le résultat, la compétition sont les maîtres-mots : « Dans l’école de la compétition, on dépassait les autres. Dans l’école de la coopération, on se dépasse avec l’aide des autres . Combien de temps faudra-t-il encore attendre avant de voir les premiers Jeux Olympiques sans compétition ? » p. 46.

 

La sainteté n’est pas de cet ordre, elle ne relève pas d’un exploit individuel ; elle est souvent le fruit d’un chemin patient et le plus souvent parsemé de chutes, et surtout, elle n’est pas au bénéfice d’une personne qui pourrait s’en prévaloir, elle est au bénéfice de tous, et je reviens à nouveau à notre foi en la communion des saints.

 

En ce sens, la sainteté nous amène à côtoyer des gens qui ne nous ressemblent pas, desquels nous cherchons même à nous tenir éloignés.

Elle n’est pas le rassemblement de ceux qui ont les mêmes opinions, qui remplissent toutes les conditions de la probité morale, qui sont tous « bien comme il faut ».

L’Apocalypse l’exprime de manière poétique : « voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues ».

Jésus le dit de manière plus tranchante : « Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu ».

Et oui… mais Jésus précise le motif de cela : « Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru ».

La sainteté n’est pas donnée par la naissance, par le sang ou par la famille, elle est un appel de Dieu, et un appel que Dieu ne réserve pas à certains ; il est adressé à tous, et il engage sur le chemin de la conversion.

Alors, ma prière, en ce jour de Toussaint, est celle-ci :

« Seigneur, donne-moi de discerner mes freins à ma conversion, donne-moi de voir ces fautes, ces fausses assurances, par lesquelles je me dispense de vivre les changements auxquels tu m’appelles et qui sont mon chemin de sainteté ».

Et surtout, en cette année anniversaire de Blaise Pascal, je rappelle ces paroles de son Mystère de Jésus :

« ‘’Si tu connaissais tes péchés tu perdrais cœur.’’ Je le perdrai donc, Seigneur, car je crois leur malice sur votre assurance. ‘’Non car Moi par qui tu l’apprends t’en peux guérir et ce que je te le dis est un signe que je te veux guérir. A mesure que tu les expieras tu les connaîtras et il te sera dit : Vois les péchés qui te sont remis.’’ ».

 

 

 

+ Pascal Wintzer

Archevêque de Poitiers

 

Nous suivre

Rester en lien avec le diocèse de Poitiers sur les réseaux

Facebook

Visiter notre page Facebook

Instagram

Suivre notre compte Instagram

Newsletter

Abonnez-vous à la Église en Poitou

Dernières actualités

Prêtre depuis 50 ans !

Prêtre depuis 50 ans !

Témoignage du père Jacques Bréchoire qui fête ses 50 ans d’ordination cette année

Prier aujourd'hui

13 juin 2024

Le saint du jour

Prier avec La parole de Dieu

Lectures du jour →

Les messes sur le diocèse

Les horaires de messes

Déposer une intention

Confier une intention de prière

Prochains événements sur le diocèse

Aucun événement trouvé !