Sélectionner une page

Au sujet des lois bioéthiques

À LA UNE, Actualités diocésaines

Aux fidèles du diocèse de Poitiers

            Frères et Sœurs,

2021 ne verra pas disparaître des sujets qui ont occupé l’actualité en 2020 et les années précédentes. Ainsi, ce mois de janvier, sont remises en débat, au Parlement, de nouvelles lois de bioéthique.
Nous savons que leur finalité, exprimée comme un remède à des souffrances vécues par certaines personnes, est avant tout de développer la puissance de la main humaine sur la vie, la vie naissante, la vie souffrante, la fin de vie.

Pour la plupart d’entre nous, les sources d’information sont les médias habituels ; ordinairement, ceux-ci présentent chacune de ces lois comme une conquête pour la liberté, un remède offert à des catégories de personnes qui s’estiment lésées dans leur reconnaissance et leurs droits.
Je souhaite que chacun exerce, en ce domaine comme en tous les autres, sa réflexion et son esprit critique. Chaque projet de loi, celui ici en question comme n’importe quel autre, doit être lu au regard d’enjeux qui le dépassent. Voulons-nous encore que les lois publiques sont bien davantage que l’addition de réponses circonstancielles à des questions particulières ?

Comme les précédentes, l’année 2020, par les désordres climatiques, par l’apparition d’un nouveau virus, peut certes encourager l’humanité dans sa recherche scientifique, mais elle alerte avant tout sur les dérives de la toute-puissance comme sur l’illusion de penser que nos techniques seront les justes remèdes aux problèmes d’aujourd’hui et de demain. L’écologie ne peut se satisfaire de se préoccuper des végétaux et des animaux, ce qui est fondé bien entendu, elle se contredirait si elle n’était attentive à la vie humaine qui, la première, est l’objet des manipulations que l’on refuse de plus en plus dans les autres domaines du vivant.

Les catholiques ne sont pas les seuls à interroger l’hubris qui domine notre époque ; surtout, ils ne doivent pas se contenter d’enregistrer passivement voire résignation des évolutions qui confortent l’humanité dans l’illusion.
Depuis bien des années, au nom de la conférence des évêques de France, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, porte la réflexion sur ces sujets, qui sont complexes et demandent attention, vigilance et engagement. Lisons les textes qu’il produit régulièrement ; avec compétence et sens de la mesure, il pose les données et permet de ne pas se laisser assoupir par les propos qui confortent l’actuelle dérive législative.
Ce mois de janvier, il propose également que la prière et le jeûne expriment aussi, de manière plus personnelle, notre grave souci pour ces questions qui ne sont pas, pour les catholiques et d’autres, la défense d’intérêts catégoriels et confessionnels, mais une préoccupation inquiète pour l’humanité.
Le site du diocèse décline cette proposition dont chacun saura se saisir.

+ Pascal Wintzer
Archevêque de Poitiers
Le 1er janvier 2021

4 vendredis de jeûne et de prière

Jeûnons et prions pour sortir d’une bioéthique aveuglée
(cliquez sur l’image ci-dessous)

Appels
et recrutements
→  Consulter 

Eglise verte
Initiatives
Consulter

 

Formations
diocésaines
→  Grandir dans la foi

 

Donner
à l'Eglise
→  Participer

Lutter
contre la pédophilie
→  En savoir plus

Horaires
de messes
Trouver 

Le 22 Jan 2021