Fiche VI – Propositions de déroulements

L’assemblée de prière pourra se vivre sous la forme d’une célébration de la Parole en communauté locale (Fiche VI-1), d’une étape vers un sacrement (Fiche VI-2) ou encore par la liturgie des heures (Fiche VI-3). La dernière fiche (VI-4) permet d’avoir un guide si la célébration de la messe était prévue et qu’au dernier moment, elle ne puisse avoir lieu.

Quelle que soit le type de célébration choisie, il est bon de sonner les cloches autour de cinq minutes avant le début de la célébration : des chrétiens se rassemblent pour prier.

VI.1    Assemblée de prière sous forme de liturgie de la Parole

Le cœur de l’assemblée de prière est la Parole de Dieu que l’on va accueillir ensemble comme parole de vie pour chacun et pour la communauté. Quatre formes sont ici proposées : liturgie de la Parole, liturgie de la Parole à la manière de la veillée pascale, assemblée de prière construite en fonction de la Parole du jour, assemblée de prière avec communion selon le rituel de la communion aux malades.

Onglet a.   Liturgie de la Parole
Onglet b.   Liturgie de la Parole à la manière de la Vigile Pascale
Onglet c.   Assemblée de prière construite en fonction des lectures du jour
Onglet d.   Assemblée de prière avec des personnes ne pouvant se déplacer

a.   Liturgie de la Parole

Se préparer à écouter la Parole de Dieu ensemble, en communauté, l’accueillir lorsqu’elle est proclamée, la laisser transformer l’être de ceux qui sont là et y répondre. Voilà une manière de présenter succinctement la liturgie de la Parole.

Faire corps (l’assemblée se constitue) Le temps d’accueil commence avant le début de la célébration. Dehors ou au fond de l’église, accueillir les personnes qui arrivent, donner les livres ou les feuilles permet d’ouvrir un contact, une relation.
On peut prévoir un temps pour se dire bonjour, s’accueillir les uns les autres avant d’entrer ensemble en célébration. Un chant met dans la tonalité du dimanche, jour de résurrection. Il tient compte du temps liturgique.
Il faut être spécialement attentif à bien accueillir les personnes moins connues de l’assemblée, celles qui n’ont ni les codes ni les réseaux du groupe, au risque de ne plus être vraiment une assemblée chrétienne et missionnaire, mais un groupe d’amis et d’habitués.
Ce premier moment de la célébration prépare à recevoir la Parole de Dieu. Parfois, l’équipe qui a préparé peut choisir d’insérer ici une demande de pardon. Ce peut être par une prière composée, un chant, un acte de confiance en Jésus qui nous sauve ou un psaume, par exemple le psaume 24, 31, 50, 64, 84, 102, 105, 129 ou encore 22, 70, 145
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Cette partie peut commencer par une procession du livre de la Parole par le premier lecteur pendant un chant.
Ecouter la Parole de Dieu : on peut lire l’ensemble des lectures comme dans beaucoup de célébrations liturgiques (sacrements, funérailles…). On peut aussi choisir de ne prendre qu’un ou deux des textes en fonction de ce qu’on veut vivre dans ce temps de prière communautaire.
Un temps d’appropriation de la Parole est nécessaire (cf. fiche V)
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Profession de foi possible selon les circonstances.
La vie, la Parole de Dieu nous ouvrent à la louange et à la supplication. Une prière de louange peut jaillir de la joie d’être rassemblés au nom du Christ, de la communion avec toute l’Église en ce dimanche, des éclats de vie dont nous avons été témoins cette semaine (l’assemblée et/ou l’équipe de préparation), de la beauté de la création,  de la Parole de Dieu du jour, de la joie d’être sauvés par le Christ, pour la bonté de Dieu, les signes de l’Esprit… Cette prière peut être spontanée ou préparée à l’avance selon les lieux et les personnes, selon la taille de l’assemblée aussi.
Une prière de demande peut précéder ou suivre ou s’intercaler. Elle peut être sous forme de prière de demande de pardon et/ou prière universelle mais elle peut être aussi beaucoup plus large ou plus centrée sur la vie locale.
Le Notre Père conclut ce temps… en nous unissant à tous les chrétiens.
Etre envoyé au monde et repartir Le temps du partage :

  • Partage de la paix qui découle du Notre Père en disant par exemple : « Enfants du même Père, partageons la paix du Christ. »
  • Partage matériel (c’est le temps de la quête) ; un fond musical peut accompagner ce temps.
  • Partage de nouvelles… : c’est le temps des annonces mais sous forme de partage des nouvelles de la communauté…

Le temps de la bénédiction et de la sortie :

  • Celui qui conduit pourra dire par exemple : « Que le Seigneur nous bénisse au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » Amen
  • La bénédiction finale peut aussi être chantée par tous : « Que le Seigneur nous bénisse et nous garde ».
  • Elle peut aussi être dialoguée comme dans la liturgie des heures : « Bénissons le Seigneur » – Nous rendons grâce à Dieu. 
  • De manière facultative, un refrain ou un chant d’envoi peut permettre de se sentir envoyé au monde et continuer la route.

b.   Liturgie de la Parole à la manière de la Vigile Pascale

La veillée pascale est la mère de toutes les veillées. Cette proposition amène non pas à lire un plus grand nombre de textes de la Parole de Dieu mais, à partir des textes du jour, entrer dans un rythme d’écoute et de réponse.

Faire corps (l’assemblée se constitue) L’assemblée peut se regrouper à l’entrée de l’église ou autour du baptistère pour ce temps d’accueil. On pourra se signer par un geste vécu au baptistère, surtout si on est en temps pascal.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Les lectures du dimanche sont suivies d’un psaume et d’une prière :
1ère lecture + psaume proposé + silence + oraison (cf. psautier)
2ème lecture + psaume de louange (Psaumes 148-150 par exemple) ou cantique du Nouveau Testament (par exemple NT 12 des Vêpres du dimanche) + silence + oraison de la vigile pascale par exemple :

Seigneur notre Dieu, tu veux nous former à célébrer le mystère pascal en nous faisant écouter l’Ancien et le Nouveau Testament ; ouvre nos cœurs à l’intelligence de ta miséricorde : ainsi la conscience des grâces déjà reçues affermira en nous l’espérance des biens à venir. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Evangile + temps d’imprégnation de la Parole (par exemple : chant à la Parole) + silence + louange par le chant : Gloire à Dieu ou Te Deum (A toi Dieu la louange) ou tout autre chant de louange.

Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Prière de louange et d’intercession…
Il peut y avoir un geste en fonction des lectures entendues, de ce qui a été vécu…
Le Notre Père conclut ce temps… en nous unissant à tous les chrétiens.
Etre envoyé au monde et repartir Annonces… Partage de nouvelles… vie de la paroisse et de la localité…
Pour se sentir envoyé au monde et continuer la route, il sera possible de recevoir une Parole de Dieu ou proposer un geste qui engage pour vivre la semaine.
La prière de bénédiction peut être le début d’une lettre de saint Paul ou un autre type de bénédiction (liturgie des heures, livre des bénédictions…). Elle peut se conclure par le signe de croix.
Un temps convivial peut suivre la célébration.

c.   Assemblée de prière construite en fonction des lectures du jour

Quelles que soient les lectures, quel que soit le temps liturgique, le dimanche, c’est le Christ mort et ressuscité qui est au cœur. C’est pourquoi il n’y a pas de célébrations à thèmes. Cependant, tout en gardant au cœur le mystère pascal du Christ les lectures peuvent inspirer un geste, un déplacement… Cette manière de faire demande un peu plus d’expérience mais il ne faut pas hésiter à se lancer car cela permet de varier les formes de célébrations.

Faire corps (l’assemblée se constitue)  C’est un temps d’accueil, d’entrée en célébration

    • Si une des lectures peut permettre d’entrer en célébration et d’ouvrir au sens du chant d’entrée, elle pourra être lue avant même le chant d’entrée (cf. l’évangile de l’entrée de Jésus à Jérusalem lors du dimanche des Rameaux)
    • Si une des lectures ouvre à demander pardon ou à pardonner, après le chant d’entrée, on lira cette lecture et on entrera dans une prière de demande de pardon au Seigneur qui nous aime et nous attend.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Il se peut qu’ici, il y ait la lecture d’un passage de l’Écriture du jour tel qu’il est proposé ou remis en perspective en évitant les coupures dans le texte.
Le silence sera à mettre au cœur de la proclamation et après celle-ci pour que la Parole de Dieu ait le temps de faire son œuvre.
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Si telle lecture, tel psaume ouvre à la louange, à la demande… il pourra être accueilli en ce sens et ouvrir un temps de louange, de demande ; être suivi d’un chant ou d’intentions ou d’une prière.
Etre envoyé au monde et repartir Peut-être une des lectures, porte-t-elle en elle un envoi : « allez, de toutes les nations faites des disciples… » ; « viens, suis-moi » ou d’une autre parole de l’Écriture. On peut reprendre la parole et se laisser envoyer.

d.   Assemblée de prière avec des personnes ne pouvant se déplacer

Cette célébration est prévue dans le « rituel de la communion en dehors de la messe ». Chaque communauté discernera en coordination avec l’équipe pastorale pour voir si l’assemblée répond aux critères permettant de communier en dehors de la messe (cf. lettre pastorale p.XXV-XXVI).

Faire corps (l’assemblée se constitue) Le temps d’accueil commence avant le début de la célébration. Dehors ou à l’entrée de l’église, accueillir les personnes qui arrivent, donner les livres ou les feuilles permet d’ouvrir un contact, une relation.
L’un de ceux qui conduisent la célébration introduit la célébration et le signe de croix en disant par exemple : Bénissons ensemble le Seigneur qui nous réunit au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.
Prière pénitentielle terminée par «  Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle » Amen.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Ecouter la Parole de Dieu : on peut lire des lectures du rituel de la communion en dehors de la messe. Le dimanche, on privilégiera les lectures du jour.
Un temps d’appropriation de la Parole est possible (cf. fiche V)
Profession de foi possible selon les circonstances.
La prière universelle conclut ce temps
On peut aussi prévoir la quête.
Le temps de la communion Soit le ministre se rend au lieu de la réserve eucharistique et prend le ciboire contenant le corps du Christ, soit une personne arrive avec le corps du Christ qui vient d’être consacré dans une autre église de la paroisse.
La personne dépose sur le devant de l’autel les hosties consacrée et fait une génuflexion en signe d’adoration et de respect.
Cette même personne introduit la prière du Notre Père… car c’est à toi…
Le geste de paix peut être vécu après le Notre Père
L’un de ceux qui conduit la célébration prend avec respect le Saint-Sacrement, le montre à l’assemblée en disant : « Heureux les invités au repas du Seigneur, voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »
Pour le mouvement de communion, une ou deux personnes donneront la communion. Chacun recevra la communion d’un autre. Cela est vrai aussi pour les membres de l’équipe d’animation.
Une prière sera dite après la communion (cf. rituel de l’eucharistie en dehors de la messe p.27-29)
Etre envoyé au monde et repartir Le conducteur pourra dire par exemple : « Que le Seigneur tout-puissant et miséricordieux nous bénisse et nous garde au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit »

VI.2. Des propositions vers les sacrements

La liturgie se vit, se reçoit, elle ne s’invente pas. Au lendemain du concile, les rituels ont été révisés en fonction de ce qui se vivait dans l’Antiquité chrétienne tout en tenant compte du contexte. C’est pourquoi la plupart des propositions sont directement tirés des rituels (rituel de l’initiation chrétienne des adultes, rituel du baptême des enfants en âge de scolarité, rituel de la pénitence et de la réconciliation, rituel des bénédictions) ou encore du livre sur la confirmation dont on trouvera les références en bibliographie.

Onglet a. Liturgie de type catéchuménal
Onglet b. Vers le baptême (adultes et jeunes)
Onglet
c.   Baptême(s) communautaire(s) de petits enfants présidé(s) par un diacre
Onglet d. Vers la confirmation
Onglet e. Vers le sacrement de pénitence et de réconciliation
Onglet f. Les bénédictions au sens large

a. Liturgie de type catéchuménal

Cette manière de vivre l’assemblée de prière peut être bien adaptée aux familles qui accompagnent leurs jeunes lors d’une assemblée de prière. Ce déroulement permettra aussi à toute l’assemblée de s’ouvrir à l’accueil des lectures du jour.

Faire corps (l’assemblée se constitue) Accueil mutuel…
Chant possible
Signe de croix
Soit temps d’échange : dialogue ou partage
Soit un geste signifiant en lien avec les lectures (comme une préparation pour accueillir la Parole de Dieu)
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Les lectures du jour : pas forcément toutes, mais préférer celles qui pourront être accueillies plus aisément par les personnes présentes qui sont moins proches de l’Eglise. Signe éventuel : cf. fiche V
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Prière d’intercession et de louange
Peut-être une prière particulière pour les personnes qui sont là plus occasionnellement.
Notre Père
Etre envoyé au monde et repartir Bénédiction
Chant joyeux : connu ou facile à mémoriser.

b. Vers le baptême (adultes et jeunes)

Pour les enfants scolarisés et les adultes, la plupart des étapes se vivent au niveau de la paroisse au cours de la célébration de la messe. En revanche, quelques rites peuvent être vécus localement : la présentation de la communauté aux candidats, la remise des traditions, les rites de bénédiction peuvent se vivre dans le cadre d’une assemblée de prière, et, s’il y a un diacre : un des scrutins.

  • Première prise de contact… la communauté se présente…

La présentation de la communauté ne se fait pas habituellement dans un cadre liturgique. À cette occasion, la communauté peut être appelée à se retrouver autour des catéchumènes dans une salle paroissiale.

Il s’agit d’un temps convivial où les catéchumènes sont invités pour connaître la communauté… ils débutent tout juste et pour eux, venir à une assemblée de prière est prématuré. Il vaut mieux apprendre à se connaître, vivre un temps ensemble… peut-être un membre de la communauté pourra témoigner de sa foi à cette occasion.
Après ce temps qui pourrait constituer le temps d’accueil, les chrétiens pourraient continuer par un partage de la Parole sur place et terminer par le chant du Notre Père ; ou encore se retrouver à l’église pour vivre un temps de prière autour de la Parole de Dieu.
Ce temps de premier contact peut aussi se vivre dans le cadre d’un dimanche autrement.

  • Les traditions du symbole de la foi et du Notre Père dans deux célébrations distinctes

Cf. Rituel de l’initiation chrétienne des adultes, p.123 et suivantes
Parler des traditions, c’est remettre au futur baptisé les trésors de notre foi chrétienne : le « je crois en Dieu » et le « Notre Père ». Cela se fait en deux célébrations distinctes, parfois pendant la rencontre de catéchuménat, d’autres fois dans la communauté locale ou la paroisse.
Ce rite peut se vivre avant l’appel décisif et jalonner le parcours du ou des catéchumène(s).

Faire corps (l’assemblée se constitue) L’accueil peut se vivre de manière individuelle avant la célébration puis être un mot de bienvenue au(x) catéchumène(s) qui sont présents pour ce rite des traditions et à toute l’assemblée. Un chant peut aider à l’accueil et au rassemblement des fidèles.
Le signe de croix ouvre la célébration.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu On s’assoit pour les lectures.
Il est bon de prendre l’une au moins des lectures proposées par le rituel mais il est tout à fait possible de garder les textes du dimanche.
Après les lectures, la personne qui conduit la prière ou quelqu’un de l’équipe d’accompagnement ou une autre personne fait un commentaire des lectures et précise
le sens de la profession de foi qui sera proclamée au baptême et qui est un trésor pour toute la vie (si c’est la tradition du symbole de foi) le sens du Notre Père comme prière des chrétiens (si c’est la tradition du Notre Père) à partir de Mt 6, 9-13.
Les traditions Le diacre ou la personne qui vient de faire le commentaire appelle le(s) catéchumène(s) à s’avancer.
Il invite l’assemblée à proclamer ensemble la prière (soit le Je crois en Dieu, soit le Notre Père). Le(s) catéchumène(s) ne la proclament pas, ils la reçoivent, ils l’écoutent. Puis ils la reçoivent par écrit.La même personne invite toute l’assemblée à prier pour eux. (cf. Rituel de l’initiation chrétienne des adultes p.126-127 ou 129)
dans la célébration de la tradition du symbole de foi, suit une prière d’exorcisme en lien avec l’évangile entendu.

Un psaume (6, 25, 31, 37, 50, 114, 129, 138, 141) ou un chant peut être proposé.

On peut terminer par le Notre Père récité ensemble.
Dans la célébration de la tradition du Notre Père, on passe directement à la conclusion de la célébration. Il peut y avoir un chant de sortie.

Etre envoyé au monde et repartir Des annonces sont possibles
Une bénédiction des catéchumènes et de l’assemblée termine la célébration ainsi que l’envoi. (cf. rituel de l’initiation chrétienne des adultes p.126-127 pour la Tradition du symbole ; p.129 pour la Tradition du Notre Père)

 

  • Un des scrutins s’il y a un diacre

Les scrutins se vivent les 3ème, 4ème et 5ème dimanche de Carême. L’un d’eux peut être vécu au sein de la communauté locale avec le ou les catéchumène(s) et l’équipe d’accompagnement. (cf. Rituel de l’initiation chrétienne des adultes, 2000, p.99 et suivantes)

Faire corps (l’assemblée se constitue) L’accueil peut se vivre de manière individuelle avant la célébration puis être un mot de bienvenue au(x) catéchumène(s) qui sont présents pour ce scrutin. Un chant permet de rassembler les fidèles.
Le diacre ouvre la célébration
Il n’y a pas de prière pénitentielle pendant ce temps de l’accueil mais l’oraison.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu C’est le temps des lectures. On prend les lectures du 3ème, 4ème ou 5ème dimanche de carême de l’année A.
Après les lectures, le diacre expose aux catéchumènes et aux fidèles rassemblés, le sens du scrutin à partir des lectures.
Le scrutin Les catéchumènes s’avancent, dans la mesure du possible avec leurs parrains marraines.
Le diacre invite toute l’assemblée à prier pour eux. Il invite ensuite les catéchumènes à prier en silence et à prendre une position disant leur esprit de pénitence (en s’inclinant ou en s’agenouillant).
Tous prient en silence.
Suit une prière pour les catéchumènes, une prière d’exorcisme en lien avec l’évangile entendu.
Un psaume (6, 25, 31, 37, 50, 114, 129, 138, 141) ou un chant peut être proposé.
On peut terminer par le Notre Père récité ensemble.
Etre envoyé au monde et repartir Des annonces sont possibles
Une bénédiction des catéchumènes et de l’assemblée termine la célébration ainsi que l’envoi.
  • Les rites de bénédiction

A la fin de l’assemblée de prière, on peut faire avancer les catéchumènes pour qu’ils reçoivent la bénédiction comme une aide sur le chemin du catéchuménat. On trouve plusieurs formules de bénédiction dans le rituel de l’initiation chrétienne des adultes à partir de la page 70. Elles peuvent être données par un prêtre, un diacre, quelqu’un de l’équipe de préparation et seront choisis en fonction du cheminement des personnes.

Tout ce qui précède ne sera mis en œuvre heureusement qu’en fonction des orientations du Rituel de l’initiation chrétienne des adultes et du Rituel de l’initiation chrétienne des enfants en âge de scolarité.

c.   Baptême(s) communautaire(s) de petits enfants présidé(s) par un diacre

Faire corps (l’assemblée se constitue) L’accueil du futur baptisé et de ses parents se fait à l’entrée de l’église, voire au dehors quand cela est possible avec le dialogue du baptême « quel nom avez-vous donné à votre enfant ? », « Que demandez-vous à l’Église ? » puis l’engagement des  parents, des parrains et des marraines sur le chemin de foi de l’enfant. Vient alors le moment du signe de croix sur le front de l’enfant en signe de son accueil par l’Église (le diacre fait ce signe de croix ainsi que les parents, parrains, marraines mais aussi une ou deux personnes de la communauté pour souligner ce lien à la communauté locale).
Passage de la porte et entrée en procession… Le chant d’entrée accompagne cette procession.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Les lectures du jour et/ou des lectures choisies par les parents avec l’équipe d’accompagnement. Ces lectures sont éclairées par un commentaire fait par le diacre.
Vivre le (ou les) baptême(s) Le sacrement du baptême proprement dit. Il se termine par le Notre Père récité ensemble et, quand c’est possible, autour de l’autel.
Etre envoyé au monde et repartir Le diacre envoie et bénit le(s) nouveau(x) baptisé(s), ses parents, parrain(s)-marraine(s), et toute l’assemblée. Il peut y avoir un chant de joie pendant les signatures du registre.
Les cloches sonnent en signe de la joie de ce baptême.

 

d. Vers la confirmation

De nombreuses propositions clefs en main se trouvent dans le document de la CRER sur la confirmation (cf. bibliographie) :

Propositions pour célébrer lors du cheminement différencié selon l’âge et la situation :

pour les adultes p. 85-119 ;
pour les personnes en situation de handicap p. 138-160 ;
pour les jeunes de 14 à 18 ans p.170-186 ;
pour les enfants et les jeunes p.195-215.

Les divers types de célébrations :

accueil de la démarche par la communauté,
célébration pour se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu,
célébration pour le don de la foi,
célébration de la prière du Seigneur,
célébration communautaire d’action de grâce et de supplication.

La célébration de la profession de foi peut se vivre lors d’une assemblée de prière comme une étape vers la confirmation.

e. Vers le sacrement de pénitence et de réconciliation

S’il y a une assemblée de prière au début de l’avent ou du carême, on pourra suivre ce déroulement proposé par le rituel de la pénitence et de la réconciliation (annexe IX) pour se préparer en communauté à vivre ce sacrement à partir de la Parole de Dieu.
« il est très souhaitable que les chrétiens puissent participer à des célébrations qui ne comportent pas le signe sacramentel de la réconciliation (…) elles peuvent constituer une utile préparation à la confession en aidant à approfondir et exprimer de manière communautaire la résolution permanente de conversion. » (rituel n°51-52)

Faire corps (l’assemblée se constitue) Chant qui rassemble
Signe de croix
Mot d’accueil qui introduit la célébration et la replace dans le cadre d’une préparation au sacrement de pénitence et réconciliation, dans un temps liturgique spécifique (avent, carême)
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Celle(s) du jour ou des lectures tirées du rituel pour la pénitence et la réconciliation.
Confesser l’amour de Dieu en même temps que notre péché. Temps de silence pour reconnaître l’amour de Dieu et notre péché à partir des lectures. Peut-être y aura-t-il à noter quelque chose pour soi… (il peut y avoir des questions pour aider)
Proposition d’un signe de conversion et de pénitence, par exemple :
se mettre à genoux, incliner la tête, vivre un déplacement symbolique, aller se signer avec l’eau bénite…, partager un geste de paix (cf. n°127-129 du rituel)
Prière communautaire de confession :
par la récitation ensemble du « je confesse à Dieu » ou par une prière litanique avec un refrain ou un psaume pénitentiel ou encore un autre chant de confiance en la victoire du Christ.
Notre Père… car c’est à Toi qu’appartiennent…
Etre envoyé au monde et repartir  Annonce : des temps de confession qui auront lieu dans les semaines à venir (notamment dans le temps de l’avent et du carême)
Action de grâces, chant d’action de grâces et de foi en l’amour du Christ sauveur (par exemple le Magnificat)
Oraison finale (cf. rituel)
Chant de louange, d’action de grâces, d’envoi… ou instruments

f. Les bénédictions au sens large

Le livre des bénédictions donne beaucoup de possibilités de bénédiction des enfants, des familles, des couples, des catéchistes. On peut s’en inspirer pour une assemblée de prière. On peut aussi l’utiliser pour des fiançailles, un anniversaire de mariage…

VI.3.   Assemblée de prière inspirée par la Liturgie des heures (psaumes et lectures du jour)

C’est le Christ qui nous rassemble : « La prière chrétienne est avant tout la prière de toute la communauté que le Christ rassemble. » Par la liturgie des heures, les chrétiens s’unissent au Christ et participent mystérieusement à sa prière, à son offrande. Par le chant des psaumes, le silence et la prière, ils louent le Père, s’offrent avec le Fils, et intercèdent pour leurs frères dans l’Esprit Saint qui les unit. C’est ainsi que la prière de l’Eglise est « la prière que le Christ, uni à son Corps, présente au Père ». (Const. sur la liturgie, n°84)

Les offices suivent un déroulement précis et sont construits autour des psaumes et de la parole de Dieu. On peut s’en inspirer (propositions A, B ou C ainsi que par les propositions faites dans certaines revues qu’on trouvera en bibliographie) ou la vivre telle qu’elle est proposée dans le livre d’offices : propositions suivantes autour des Laudes (D), des Vêpres (E), du Lucernaire (F). S’il y a un diacre ou une communauté religieuse à proximité, vous pourrez faire appel pour l’utilisation du livre d’office communément appelé Prière du Temps Présent ou P.T.P. 

Il est souvent proposé de prendre les lectures du jour afin de favoriser la mise en place de ces offices le samedi soir ou le dimanche mais cela n’est qu’une suggestion et n’a pas valeur de règle. Il peut y avoir une manière particulière d’accueillir cette parole de Dieu et de lui faire écho (cf. fiche V). Le temps qui suit la prière d’intercession (prévu dans l’office ou construite par l’équipe) peut permettre aux membres de l’assemblée qui le souhaitent de donner des intentions plus particulières, de prier pour tel événement de la paroisse, de la communauté locale, de ce qui se vit dans la commune, dans telle association… Tout cela sera repris dans la prière du Notre Père suivi de l’oraison. Un temps d’annonce est souvent nécessaire, il pourra suivre l’oraison et précéder le temps de l’envoi.

Onglet a.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (1ère forme)
Onglet b.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (2ème  forme) construite à partir de « chrétiens en prière »
Onglet c.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (3ème  forme)
Onglet d.   Laudes : Louange du matin
Onglet e.   Louange du soir : Vêpres & Lucernaire

a.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (1ère forme)

Faire corps (l’assemblée se constitue)  Tous sont à leur place, il n’y a pas de procession.
Signe de croix, rassemblement
Invocation de l’Esprit Saint par un chant ou une prière
Temps de louange : 1 à 3 psaumes de louange (quelques exemples : 32, 33, 46, 56, 65, 66, 95, 97, 112, 116, 148, 149, 150)
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu  Ecoute de la Parole de Dieu du jour (soit celle de l’office soit une partie des textes ou l’ensemble des lectures de la messe)
Un répons ou un refrain de Taizé repris plusieurs fois pourra aider l’assemblée à entrer peu à peu dans le silence.
Un temps de silence.
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder…  Une prière de louange et d’intercession remise au Père par la prière du Notre Père
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire…
Etre envoyé au monde et repartir  Bénédiction finale.
Un chant peut accompagner la sortie.

 

b.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (2ème  forme) construite à partir de « chrétiens en prière »

 Faire corps (l’assemblée se constitue)  Introduction en faisant sur soi le signe de croix : par exemple :
« Dieu, viens à mon aide, Seigneur à notre secours. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient pour les siècles des siècles Amen. (Alléluia) »
On trouvera d’autres introductions sur « Chrétiens en prière » ou sur le document en ligne.Hymne accordé au temps liturgique et au moment de la célébration.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Un ou deux psaume(s) peut(peuvent) être chanté(s).

S’il n’y a qu’un Psaume, la proposition pourrait être faite de le méditer plus longuement : le lire en entier, puis faire reprendre un mot ou un membre de verset par les membres de l’assemblée, puis le psalmodier et conclure ce temps par l’oraison psalmique proposée par Chrétiens en prière.

Écoute d’un texte de la Parole de Dieu du jour ou de l’ensemble des textes.
Réponse à la Parole de Dieu par un chant ou un refrain…

Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder…  Possibilité de chanter un cantique évangélique (Benedictus ou Magnificat)
Prière de louange de d’intercession
Notre Père suivi de l’oraison du jour
 Etre envoyé au monde et repartir  Bénédiction finale
Chant de louange

c.   Temps de prière communautaire autour de la Parole de Dieu (3ème  forme)

Faire corps (l’assemblée se constitue) Introduction en faisant sur soi le signe de croix : par exemple : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur à notre secours. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient pour les siècles des siècles Amen. (Alléluia)
Hymne accordé au temps liturgique
 Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu  Les psaumes du jour (laudes, milieu du jour ou vêpres)
Parole de Dieu du jour
Réponse à la Parole de Dieu par un chant ou un refrain
 Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder…  Chanter un cantique évangélique : Benedictus (matin) ou Magnificat (soir)
Prière de louange de d’intercession – possibilité d’intentions libres
Notre Père suivi de l’oraison du jour
 Etre envoyé au monde et repartir  Prière de bénédiction finale (facultatif)
Bénissons le Seigneur, nous rendons grâce à Dieu.

d.   Laudes : Louange du matin

L’office des laudes évoque la résurrection du Seigneur Jésus, il se vit donc le matin.
Il permet à ceux qui le célèbrent ensemble de faire communauté et d’entrer dans la louange du Christ au Père dès la première heure du jour.

Faire corps (l’assemblée se constitue) Tous sont à leur place, il n’y a pas de procession.
« Seigneur, ouvre mes lèvres. Et ma bouche annoncera ta louange.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles Amen, (Alléluia) »Psaume invitatoire (facultatif)  au choix : Psaume 94, 66, 99, 23.
Hymne : chant d’entrée qui n’accompagne pas une procession, et qui met en présence du mystère pascal de manière poétique selon l’heure du jour.
On trouve des hymnes dans le livre d’office pour le dimanche matin et pour tous les jours, on peut prendre l’une ou l’autre hymne du matin ou de l’office des lectures.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Chant des psaumes : un psaume du matin, un cantique de l’Ancien Testament et un psaume de louange.
Ecoute de la Parole de Dieu du jour (soit celle de l’office, soit une partie des textes ou l’ensemble des lectures du jour)
Un temps de silence puis un chant peuvent permettre de répondre à la Parole de Dieu entendue : refrain facile et quelques phrases chantées ou lues entre chaque refrain.
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder…  Le chant du Benedictus (Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël) peut être pris comme chant de louange mais reste facultatif si l’Évangile a été proclamé.
Une prière de louange et d’intercession  peut être lue dans le livre d’office ou écrite par l’équipe de préparation.
Une intercession libre peut précéder la prière du Notre Père.
Etre envoyé au monde et repartir Oraison du jour dans le livre d’office (ou le livre de messe)
Bénissons le Seigneur – Nous rendons grâce à Dieu

e. Louange du soir (cf. bibliographie « Puiser à la source ») : Vêpres & Lucernaires

Le dimanche, il convient tout à fait, lorsqu’on le peut, de célébrer avec le peuple au moins l’office du soir, selon une coutume très ancienne (cf. Const. sur la Liturgie, n. 100.)

  • Vêpres : Louange du soir

L’office des Vêpres se vit le soir, quand le jour baisse…  Il permet à ceux qui le célèbrent ensemble de faire communauté, de se retrouver en présence du Seigneur pour rendre grâce et entrer dans la louange du Christ au Père avant la fin du jour.

Chant des psaumes : un ou deux psaumes du soir, un cantique du Nouveau. Testament.Ecoute de la Parole de Dieu du jour (soit la lecture de l’office célébré soit l’une des lectures de la messe du jour ou leur ensemble, ou encore pour certaines solennités, les lectures de la messe de la veille ou de l’aurore (par ex. Pentecôte, Nativité du Seigneur, Assomption de la Vierge Marie)È

Faire corps (l’assemblée se constitue)  Plusieurs introductions au choix (chantées ou lues) :
•  « Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles Amen, (Alléluia) »
•  « Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours.    Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes, Magnifiez avec moi le Seigneur
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles Amen, (Alléluia) »
S’il y a une vasque préparée avec de l’encens on pourra prendre :
• « Dieu viens à mon aide, Seigneur à notre secours.
Que ma prière devant toi s’élève comme l’encens et mes mains comme l’offrande du soir. 
Rendons gloire au Père tout-puissant, à son Fils Jésus-Christ le Seigneur, à l’Esprit qui habite en nos cœurs pour les siècles des siècles Amen, (Alléluia) »Hymne : chant d’entrée qui n’accompagne pas une procession, et qui nous met en présence du mystère pascal de manière poétique selon l’heure du jour.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Chant des psaumes : un ou deux psaumes du soir, un cantique du Nouveau. Testament.Ecoute de la Parole de Dieu du jour (soit la lecture de l’office célébré soit l’une des lectures de la messe du jour ou leur ensemble, ou encore pour certaines solennités, les lectures de la messe de la veille ou de l’aurore (par ex. Pentecôte, Nativité du Seigneur, Assomption de la Vierge Marie)Un temps de silenceChaque membre de l’assemblée peut être invité à venir déposer un grain d’encens dans la coupe en signe d’offrande.
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Le chant du Magnificat : Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur. la vasque d’encens peut être élevée par un des membres de l’assemblée durant ce chant.
Une prière de louange et d’intercession  peut être prise dans le livre d’office ou écrite par l’équipe de préparation ou trouvée dans un autre document
Une intercession libre peut précéder la prière du Notre Père.
Etre envoyé au monde et repartir Oraison ou car c’est à toi qu’appartiennent…
Bénédiction
Bénissons le Seigneur – Nous rendons grâce à Dieu

 

  • Lucernaire : Louange de soir

L’office des vêpres prend le nom de lucernaire lorsqu’il commence par un rite de la lumière. Le Christ est acclamé comme la lumière qui jaillit du Père et nous ouvre à la louange et à l’offrande.

Faire corps (l’assemblée se constitue)  Introduction :
« Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles Amen, (Alléluia) »On peut chanter l’hymne : « Joyeuse lumière ». Ce sera le moment pour  allumer les cierges qui sont dans le chœur pendant le chant ou pour que chacun apporte un cierge ou une lumière à disposer dans le chœur.S’il y a présentation de l’encens, on pourra prendre le dernier couplet du chant « Joyeuse lumière » et quelqu’un avancera pour présenter la coupe d’encens et la déposer au lieu choisi : par exemple devant l’autel ou devant la croix.Si cela parait opportun, on peut chanter une hymne de vêpres.
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu Chant des psaumes : un ou deux psaumes du soir, un cantique du Nouveau. Testament.
Ecoute de la Parole de Dieu du jour : soit la lecture de l’office célébré soit l’une des lectures de la messe du jour ou leur ensemble, ou encore, pour certaines solennités, les lectures de la messe de la veille ou de l’aurore (par ex. Pentecôte, Nativité du Seigneur, Assomption de la Vierge Marie)Un temps de silence
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Le chant du Magnificat : Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur. La vasque d’encens peut être élevée durant le chant du magnificat ou apporté lors de ce chant jusqu’à l’autel puis déposé à l’endroit opportun.Une prière de louange et d’intercession  peut être prise dans le livre d’office ou écrite par l’équipe de préparation ou trouvée dans un autre document
Une intercession libre peut précéder la prière du Notre Père.
 Etre envoyé au monde et repartir  Oraison ou car c’est à toi qu’appartiennent…
Bénédiction
Bénissons le Seigneur – Nous rendons grâce à Dieu
VI.4. Assemblée de prière si l’eucharistie prévue ne peut pas avoir lieu

L’urgence ne se prévoit pas, cependant si elle survient, on utilisera les outils habituels de la préparation du jour.

Faire corps (l’assemblée se constitue) Celui qui conduira la célébration dit le mot d’accueil en expliquant que le prêtre ne pourra venir ce matin, il peut en donner les raisons s’il les connaît, que nous sommes en communion avec les autres célébrations et eucharisties de la paroisse mais que l’on va vivre ensemble un temps de prière à partir des lectures du jour et de ce qui avait été prévu par l’équipe de préparation. C’est lors du mot d’accueil qu’on préviendra si la communion sera ou non proposée à cette célébration.
Chant d’entrée… par l’animateur de chants
Le conducteur ouvre la célébration par le signe de croix puis, après un court temps de silence, introduit la prière pénitentielle en disant par exemple : Nous nous tournons vers le Christ pour lui demander son pardon
La prière pénitentielle est lue ou chantée comme cela était prévu.
Nous louons le Seigneur en chantant : Gloire à Dieu sauf en avent et en carême.
L’oraison peut être lue par la personne qui a dit le mot d’accueil
Se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu  Les lectures se passent comme cela a été préparé
L’évangile est lu par l’une des personnes de l’équipe liturgique. On peut reprendre l’alléluia (ou l’acclamation) à la fin de la lecture
Un temps de silence est souhaitable pour laisser la parole faire son œuvre.
La personne qui a dit le mot d’accueil se lève et peut dire par exemple : En réponse à cette Parole entendue, ensemble, proclamons notre foi : Je crois en Dieu…
La prière universelle est introduite et conclue par celui qui conduit la célébration mais elle est lue par un autre.
Louer le Seigneur qui nous rassemble et intercéder… Loué sois-tu Seigneur pour ta Parole qui nous a nourri, loué sois-tu pour notre communauté rassemblée en ton nom…
Puis introduction au Notre Père par exemple en disant : D’un même cœur nous nous tournons vers toi avec la prière que Jésus nous a apprise : Notre Père… car c’est à toi qu’appartiennent…
S’il y a communion, (vérifier que la réserve le permette) une personne va au tabernacle chercher la réserve eucharistique et la place sur l’autel. Le conducteur s’avance, se place devant l’autel et présente l’hostie à tous en disant : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde », Seigneur je ne suis pas digne…
La personne qui est allée au tabernacle donne la communion au conducteur puis la reçoit de lui. L’un des deux ou les deux donnent la communion aux fidèles.
Chant de communion ou de méditation prévu, s’il convient.
S’il n’y a pas communion, on peut dire notre union avec les chrétiens de notre paroisse, vivre le partage de la paix du Christ et prendre le temps d’une communion de désir…
Un chant de méditation qui convient peut être chanté.
 Etre envoyé au monde et repartir  Bénédiction finale
Chant de sortie s’il y en avait un de prévu.

Sommaire