Contact :

Père  André PETIT

PÔLE CHARITÉ, FAMILLE ET SOCIÉTÉ.

Voir

Pastorale des personnes sourdes et malentendantes

“ Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups” (Mt 10,16). C’est la mission, passionnante et fatigante, confiée par ma congrégation auprès des handicapés depuis 40 ans, plus spécialement avec les sourds-aveugles pour la catéchèse et l’accompagnement du pèlerinage national à Lourdes des jeunes sourds. Je vis la fi délité à ma vocation par la grâce reçue d’un enracinement dans la foi, au-delà des difficultés rencontrées et de mon handicap (je suis moi-même sourde depuis l’âge de 6 ans).
Ils m’ont donné beaucoup de joies, par exemple Nicolas, sourd et autiste, que je catéchise depuis 5 ans, en lui faisant découvrir l’Évangile. Je prends le temps de mimer pour qu’il découvre le sens. La communication demande beaucoup de patience, tout se passe par le regard et par les gestes. Cette année, il se prépare à la communion.

Communication complexe
Les sourds-aveugles, c’est un autre monde. La communication est très complexe. Leur attitude demande beaucoup d’attention. Je me souviens, lors d’un voyage à Lourdes, de l’attitude profonde de Xavier. Comme il n’entend pas et ne voit pas, il ne peut se rendre compte de la situation. Un jour il s’est énervé à mon égard. Quelques instants après il me dit : “Marie-Paule j’ai un gros pardon à te donner”. Cela me renvoie à son attitude de foi. Moi aussi je lui ai pardonné. A travers ces expériences, il y a une attitude pour mieux les aimer : “Saisies par le Christ, nous nous engageons à sa suite, lui livrant toute notre puissance d’aimer, pour la mettre au service de son dessein d’amour sur le monde” (Constitutions de la Congrégation de l’Immaculée Conception de Marie). Au cours de toutes ces rencontres, ensemble, nous avons vécu une belle “simplicité”. Ces personnes handicapées m’ont beaucoup apporté. Elles sont capables de comprendre qui est Jésus pour elles. Et pour moi-même
elles ont été un exemple pour mieux les comprendre et les aimer.

Partager sa foi, à sa manière
Après 40 ans de catéchèse à l’Institut Régional des Jeunes Sourds je suis rentrée en maison de retraite à Larnay. Cette institution porte le nom de la propriété de M. le Chanoine Charles Chaubier de Larnay qui, en 1833, a mis sa maison à la disposition des petites filles “sourdes-muettes”, afin qu’elles puissent être scolarisées par les religieuses de la congrégation des “Filles de la Sagesse”. Au fur et à mesure des évolutions et des besoins, la congrégation a fait appel à un personnel laïc pour prendre le relais des religieuses. Une petite communauté de Sœurs Sourdes Oblates de la Sagesse y habite ; nous nous rencontrons quelquefois. Toutes les personnes accueillies sont déficientes sensorielles avec des handicaps psychiques associés. J’y ai retrouvé un petit nombre de personnes que j’ai connues à l’IRJS et aux rencontres de catéchèse.
Ce qui m’encourage, c’est de voir Cédric venir avec moi faire la traduction en langage des signes à la messe. Cela lui permet d’approfondir ce qu’il a reçu à la catéchèse et de partager sa foi avec d’autres, à sa manière.
Au cœur de ces rencontres avec eux, je crois aux semences du Verbe de Vie qui grandissent sans bruit…

Sœur Marie-Paule Herbreteau,
IC, Poitiers