« Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain »

Christian Genre, pôle communication.

C’est en reprenant le commentaire de ce verset du psaume 126,1.  écrit par Saint Hilaire que Mgr Wintzer a clos son intervention avant de poser la première pierre de la nouvelle maison diocésaine la « Maison Saint Hilaire » :

« Il faudra donc bâtir autrement, garder autrement cette maison. Il ne faut pas la fonder sur le sol, sur un sable fluide et fuyant ; il faut poser son fondement sur les prophètes et les Apôtres. Il faut l’élever avec des pierres vivantes, la faire tenir par la pierre d’angle, la faire monter par des assemblages progressifs jusqu’à l’homme parfait et à la stature du corps du Christ ; il faut la décorer par l’éclat et la beauté des grâces spirituelles ».

En effet comme l’avait souligné dans son intervention liminaire Monsieur Bruno Grassin qui, à la demande de l’Archevêque, suit avec une équipe le projet depuis ses origines, il ne s’agit pas ici seulement de construire un bâtiment destiné à abriter les services diocésains, la radio RCF et d’autres services ou institutions qui sont en lien avec le diocèse mais de bâtir une « maison », fonctionnelle, accueillante, vivante, ouverte sur la ville, un espace de rencontre, de formation, un lieu de prière au cœur de Poitiers mais au service de tous les fidèles du diocèse. Il s’agit aussi dans un secteur aussi chargé d’histoire, le terrain est situé entre la muraille de la fin de l’Empire Romain et le replat où sont construits le baptistère Saint-Jean, la cathédrale Saint-Pierre, d’édifier une construction qui soit à la fois simple, belle et signifiante. Ces choix sont en plein accord avec les visées et orientation du 3ème synode diocésain dont les actes ont été promulgués le 11 novembre dernier.

M. Grassin a ensuite remercié toutes celles et tous ceux qui depuis trois ans ont permis d’en arriver à ce grand jour, la société Amstrime et en particulier Monsieur Potier, la société Acapace et son président ici présent, acquéreur du site de la Maison de la Trinité et promoteur de la Maison Saint-Hilaire, Monsieur Frédéric Didier  l’architecte, la ville de Poitiers et en particulier les services d’urbanisme qui ont fait le maximum pour que ce dossier trouve son aboutissement dans les délais souhaités.

M. François Georges, président du groupe Acapace s’est ensuite exprimé en son nom et aussi au nom de l’architecte Monsieur Didier retenu par un autre projet au Japon. Il s’est félicité de l’aboutissement de ce projet, la vente a été signée à mi-décembre, qui va permettre l’ouverture, dans les locaux de la Maison de la Trinité, d’une nouvelle résidence « Jardins d’Arcadie » destinée à des « seniors » autonomes ou semi-autonomes ainsi que la construction de quelques maisons de ville et pour la partie basse du terrain, qui demeure propriété du diocèse, la construction de la Maison Saint-Hilaire. Il a souligné la grande disponibilité de toutes les parties prenantes pour conduire à bien un dossier complexe puisque situé en secteur sauvegardé et avec de multiples contraintes de site et s’est joint aux remerciements de M. Grassin vis à vis des services de la ville de Poitiers et de Grand Poitiers.

M. Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, a d’entrée insisté sur la dimension patrimoniale et historique des lieux, des lieux qui lui sont très chers puisqu’il est enfant du quartier, un quartier où il réside toujours. Dans de tels lieux, on ne peut construire n’importe quoi ni n’importe comment. C’est pourquoi avec M. Cornu adjoint à l’urbanisme et les services concernés, qu’il a remerciés chaleureusement pour leur diligence et leur compétence, il a suivi avec attention cette opération qui s’inscrit pleinement dans la réflexion et les transformations du « quartier épiscopal » en lien avec l’évolution de l’usage du Palais des Comtes du Poitou, Ducs d’Aquitaine qui ne sera plus sous peu palais de justice. Il formule le vœu que la présence de la Maison Saint-Hilaire, au-delà de sa contribution à la beauté et à l’équilibre du quartier contribue, dans un monde ou une société qui se cherche, à apporter du sens à l’ensemble des habitants de Poitiers et au-delà.

Après la courte intervention de Mgr Wintzer le Père Jean-Paul Russeil a ensuite lu le texte du parchemin qui a été enfermé dans un tube de cuivre soigneusement clos.

Avec l’aide du directeur et de compagnons de l’entreprise Breuil qui va construire le bâtiment, après avoir revêtu sa tenue sacerdotale, Mgr Wintzer a scellé le document dans la première pierre du bâtiment, avec la truelle en argent – truelle qui a servi lors de l’achèvement de la chapelle du Sacré-Cœur de Montmartre. Elle est conservée à Poitiers, ville où Alexandre Legentil fit en 1870 le vœu de sa construction. Mgr Wintzer a ensuite béni la pierre, la future maison et toutes celles et ceux qui vont la bâtir.

La centaine de personnes présente s’est ensuite dirigée vers le restaurant universitaire Roche d’Argent pour pouvoir échanger avec les responsable de cette opération autour d’un buffet préparé par le CROUS.

Pose 1ère pierre - Maison Saint-Hilaire