Assises Nationales de la Pastorale de la Santé

Par Claire Hardy, responsable diocésaine des aumôneries des hôpitaux

Du 13 au 16 novembre 2018 à Lourdes se sont tenues les Assises Nationales de la Pastorale de la Santé.

La Pastorale de la Santé regroupe les aumôneries hospitalières, le service évangélique des malades et la pastorale des personnes vivant avec un handicap. Elle offre à toute personne une présence humble et silencieuse.

Différents intervenants ont participé à ces journées :

  • le Père Christophe Théobald (jésuite et théologien)  nous redit que la Pastorale de la Santé est Présence de l’Evangile de Dieu dans ces lieux de souffrance où le sens de la vie et la foi sont bousculés. Jamais une personne seule mais une équipe envoyée en mission et qui doit faire retour de cette mission. En équipe, « nous manifestons la sacramentalité de l’Eglise autant par notre présence que par nos actes fraternels ou sacramentaux ».
    La Pastorale de la Santé selon le Père Théobald est « un laboratoire » qui ouvre la voie pour toutes les formes de pastorale et ainsi être plus « experte en Humanité » en osant la rencontre avec une attitude humble et audacieuse.
  • Marc Grassin ( médecin et philosophe)  a retracé les évolutions des sociétés occidentales depuis la société traditionnelle jusqu’à la société de la performance. Nouvelle organisation dans laquelle il faut trouver sa place.
    La maladie est l’expérience du contre-modèle, le sujet est remis en cause, sa relation à l’autre, au monde… quel est alors le rôle de la pastorale santé : rejoindre l’autre en se rendant présent à lui, à ce qu’il est en train de vivre, par une présence humble et silencieuse, en se situant dans « l’être et non dans le Faire » C’est sans doute là qu’est la valeur ajoutée de la Pastorale de la Santé.
  • De très beaux témoignages de  personnes vivant elles-mêmes avec un handicap, des aidants familiaux et associatifs.

Le Père Bruno Cassin (médecin et vicaire général de Lille) a conclu ces Assises : il nous faut être humbles car nous ne sommes pas seuls sur le terrain spirituel, bien des professionnels de santé s’en préoccupent. Soyons  audacieux, afin que l’Évangile soit audible.

Notre « valeur ajoutée » comme Chrétiens, c’est d’annoncer l’Évangile, annonce de salut, de vie, de joie, de paix, de douceur, de relations, dans des situations d’absurdité, de violence, de perte du sens et du lien.

Pour les 4 personnes présentes de notre Diocèse, nous repartons avec la conviction qu’il nous faut cultiver cette attitude à la fois humble et audacieuse dans notre approche des personnes en souffrance. Oser la rencontre, être là où vivent nos frères, écouter les questions des Hommes…
Et nous prions Dieu de nous donner Son esprit, en reprenant le beau refrain du chant de Cécile et Jean-Noël Klinguer : « Que nos regards d’amour, nos mains et notre cœur, révèlent la mission, Seigneur, que tu nous as donnée ».