Maison Saint Hilaire…un point d’étape.

Christian Genre, pôle communication. Crédit photo: Sr Jeanine Barbot et Christian Genre.

Les murs montent, la réflexion s’intensifie sur ce que devra être la Maison Saint Hilaire. C’est le moment de faire un point d’étape.

« Dans les premiers jours de l’Église, les frères étaient fidèles à écouter l’enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs ; beaucoup de prodiges et de signes s’accomplissaient par les Apôtres. Tous ceux qui étaient devenus croyants vivaient ensemble, et ils mettaient tout en commun ».

Le Père Jean-Paul Russeil avait choisi de nous lire ce passage du début des Actes des Apôtres pour ouvrir notre temps de travail du 30 avril.

Un rappel sur les missions de la Maison Saint Hilaire.

Mission 1: lieu de rencontres et d’échanges pour les chrétiens du diocèse
Mission 2 : lieu de prière, de travail et de formation.
Mission 3 : signe de la présence chrétienne dans la cité.

La démarche

Pour chacune de ces missions a été organisée une réunion de libres échanges pour la décliner de manière plus précise. Ces réunions  ouvertes à tous les acteurs de la future maison ont réuni beaucoup de monde et les échanges furent très riches.

Le 30 avril, l’équipe de pilotage a présenté la synthèse de ces réflexions à une assemblée nombreuse réunissant les acteurs des services diocésains, de l’archevêché, des mouvements et des organismes « locataires » comme la DDEC, Formiris etc.

Une idée force s’est dégagée : tout faire pour que cette maison soit vraiment diocésaine c’est à dire une maison (donc un lieu vivant et accueillant) au service des paroisses, et donc des paroissiens, soit qu’ils la fréquentent physiquement ou qu’elle vienne à eux via les moyens de communication dont nous disposons aujourd’hui.

Bruno Grassin, chargé du pilotage du projet, a organisé la synthèse autour de trois grandes convictions largement partagées par les  participants à ces réunions :

-L’animation de la Maison Saint Hilaire est l’affaire de tous, une responsabilité collective qui s’intègre totalement dans la mission de chacun.

-Une gouvernance claire est nécessaire.

-Les moyens doivent être concertés et mutualisés pour réussir les missions.

Il a ensuite développé comment les trois missions fixées à cette maison pourraient être mises en œuvre mais le gros du travail reste à faire pour une ouverture prévue début 2020.

Pour ce faire, le groupe de pilotage s’élargit désormais  aux coordinateurs des pôles diocésains afin de passer à une dimension opérationnelle, les coordinateurs étant chargés d’animer la réflexion avec tous les acteurs présents dans leur champ de mission.

Le père Russeil s’est appuyé sur les Actes des Apôtres pour définir l’esprit dans lequel nous devons travailler: « mettre en commun ».

Une assemblée nombreuse et studieuse.

L’équipe de pilotage: Père JP Russeil; Thierry Seguin, Bruno Grassin, Sabrina Allain.

Vue du chantier depuis le boulevard Anatole France.