Saint Jean-Théophane Vénard

Missionnaire, martyr au Tonkin (✝ 1861)

Mémoire obligatoire

Il gardait les vaches de son père, petit laboureur de Saint-Loup-sur-Thouet et lisait les « Annales de la Propagation de la Foi. » Ce qui l’enthousiamait. Il entra donc aux Missions Etrangères de Paris et, jeune prêtre, il partit au Vietnam du Nord. Après huit années d’apostolat clandestin, il fut décapité, à trente et un ans, après avoir passé soixante jours plié en deux dans une cage de bois, au point que son sang ne circulait plus. Jamais il ne perdit ni son courage ni sa gaieté. Il répétait alors: « Il faut du courage dans la vie, vive la joie! »
Né le 21 novembre 1829 à Saint-Loup-sur-Thouet (Deux-Sèvres), mort le 2 Février 1861 à Hanoï.
Martyr, missionnaire au Tonkin, béatifié par Pie X en 1909.
Canonisé par Jean-Paul II à Rome le 19 juin 1988 parmi les 
117 Martyrs du Vietnam.
Il est aussi fêté le 13 février au 
diocèse de Poitiers.
« A la fin de sa vie, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus vénérait Théophane comme un saint. »
Le B. Théophane Vénard par l’Abbé A. Body – Œuvres des Bonnes Lectures 1909
À Hanoï au Tonkin, en 1861, saint Jean-Théophane Vénard, prêtre de la Société des Missions étrangères de Paris et martyr. Après six années de ministère clandestin marquées par les fatigues et les angoisses, il fut dénoncé par un traître et, comme il refusait de piétiner la croix, il fut enfermé dans une cage et, d’un cœur joyeux, alla au devant de son supplice, sous l’empereur Tu Duc.

Martyrologe romain

« Nous sommes tous des fleurs plantées sur cette terre et que Dieu cueille en son temps, un peu plus tôt un peu plus tard. » Théophane Vénard

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).