Les communautés locales de St Hilaire en Bocage

La paroisse St Hilaire en Bocage est composée de 21 communautés locales.

Synode de 1993 : Routes d’Évangile § 8110

«Chaque communauté locale […] pourra garder une part de vie propre et être soutenue par une équipe locale d’animation».

Synode de 2003 : Serviteurs d’Évangile § 2226

«L’intuition des communautés locales est d’abord missionnaire. Chaque charge est confiée sur le fondement des sacrements de l’initiation chrétienne pour être témoin de l’Évangile.

Ainsi, toute charge confiée à l’un ne dispense pas les autres membres de la communauté locale de leur responsabilité propre».

Concile Vatican II : Le ministère et la vie des prêtres § 6

«La communauté locale ne doit pas seulement s’occuper de ses propres fidèles, elle doit avoir l’esprit missionnaire et frayer la route à tous les hommes vers le Christ. Elle est tout spécialement attentive aux catéchumènes et aux nouveaux baptisés, qu’elle doit éduquer peu à peu dans la découverte et la pratique de la vie chrétienne».

Concile Vatican II : décret sur la charge pastorale des évêques, 11

«Un diocèse est une portion du peuple de Dieu confiée à un évêque pour qu’avec l’aide de son presbyterium, il en soit le pasteur : ainsi le diocèse, lié à son pasteur et par lui rassemblé dans le Saint-Esprit grâce à l’ Évangile et à l’Eucharistie, constitue une Église particulière en laquelle est vraiment présente et agissante l’Église du Christ, une, sainte, catholique et apostolique».

Des communautés locales confiées au Seigneur

Avec le concile Vatican II, l’Église catholique affirme qu’elle-même, Église de Jésus-Christ pour les hommes, est sans cesse à l’écoute des appels de l’Esprit Saint. C’est lui qui la guide et la maintient. La Constitution sur l’Église commence par ces mots :

«Le Christ est la lumière des peuples : réuni dans l’Esprit Saint, le saint concile souhaite donc ardemment, en annonçant à toutes les créatures la bonne nouvelle de l’Évangile, répandre sur tous les hommes la clarté du Christ…» (§1)

Ecouter l’Esprit, c’est scruter l’Écriture transmise par l’Église et discerner les «signes des temps», c’est à- dire ces réalités de la vie des hommes et des sociétés qui sont autant d’appels adressés à l’Église. La même Constitution affirme : «Les laïcs, réunis dans le Peuple de Dieu et constituant un seul Corps du Christ sous un seul Chef, sont appelés, quels qu’ils soient, à coopérer comme des membres vivants au progrès de l’Église et à sa sanctification permanente, en y appliquant toutes les forces qu’ils ont reçues du bienfait du Créateur et de la grâce du Rédempteur» (§33).

L’histoire de l’Église, chez nous, montre comment, à chaque époque, les temps et les lieux ont guidé les réponses et les initiatives des chrétiens. Dès l’origine: «(Paul et Barnabé) désignèrent pour les communautés des anciens dans chaque Église et, après avoir prié et jeûné, ils les confièrent au Seigneur en qui ils avaient mis leur foi» (Actes des apôtres, 14, 23).

Cette histoire continue. Elle nous est aujourd’hui confiée.

Fermer