ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE : QUEL MONDE VOULONS-NOUS POUR DEMAIN ?

Depuis le 18 janvier, les débats des États généraux de la bioéthique ont commencé. Leur objectif est simple : permettre à tout citoyen de s’éclairer sur les avancées scientifiques et techniques concernant la bioéthique, se forger un avis et l’exprimer. Ces expressions devront ainsi éclairer les responsables politiques qui porteront la révision de la loi à la fin de l’année 2018. Si l’objectif est simple, les enjeux sont complexes et graves. C’est pourquoi, tous sont invités à participer à ces débats par le dialogue afin de rechercher les voies les plus justes.

L’Église catholique entend prendre sa place et répondre, elle aussi, à la question de fond que ces États généraux nous posent : quel monde voulons-nous pour demain ?

Débattre et comprendre

Ainsi, grâce notamment au travail réalisé par le groupe d’évêques et d’experts présidé par Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, nous invitons les catholiques, ainsi que tous les hommes et femmes de bonne volonté, à une prise de conscience des enjeux que ces nouvelles techniques soulèvent. C’est le respect de l’être humain dans sa dignité et sa vulnérabilité qui est en jeu ; c’est aussi notre société qui est concernée dans son respect de la vocation séculaire de la médecine.

Dans les diocèses, les paroisses, les aumôneries, les mouvements, les associations, les familles, il s’agit de sensibiliser chacun par l’explication et la formation, afin que la raison et la foi chrétienne portent ensemble une juste vision de l’humanité. Cette vision, déjà largement partagée par le bon sens de beaucoup, doit permettre de regarder avec confiance l’avenir en comprenant le bien des recherches scientifiques et en ne cédant pas aux sirènes idolâtres de la toute-puissance.

L’homme se sait tout autant habité par la transcendance que par le désir de savoir ; il est foncièrement animé par le besoin de prendre soin des autres. Et nul doute que la
figure du « bon samaritain » est universelle et demeure un guide pour la mise au point et l’usage des techniques biomédicales et des technosciences aujourd’hui et demain.

Comprendre et s’exprimer

Ces États généraux de la bioéthique sont annoncés comme une occasion d’entendre et d’intégrer les contributions de tous en vue de la révision annoncée de la loi de 2011.

Au nom de son amour désintéressé de l’Eglise pour tout être humain, les évêques proposent aux catholiques, ainsi qu’à tous les hommes et femmes de bonne volonté, d’apporter leurs contributions par leurs réflexions et leurs témoignages.

Les Espaces de réflexion éthique régionaux sont organisés dans ce but dans toute la France. Nous les invitons à s’y inscrire. De même, le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a mis en place un site internet pour recueillir nos avis de citoyens. Nous devons y apporter notre contribution.

L’Église catholique saura prendre la parole en contribuant à la sérénité et à l’enrichissement du dialogue, heureusement voulu par le Gouvernement. Comment se taire alors que la loi dessinera en partie la société de demain ?

C’est en vue du bien commun dont notre société doit se soucier et dont l’État à la responsabilité, que l’Église catholique s’engage avec détermination dans ces États généraux, comptant sur la sincérité et l’objectivité annoncées du CCNE, chargé de présenter un rapport au Gouvernement.

 

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF
Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris
Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois
Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez
Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise,
Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux
Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun
Mgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers

 

Télécharger la déclaration du Conseil Permanent (PDF)

Etats généraux de la bioéthique ou préparer le monde de demain

Février 2018

Pr Roger GIL – Directeur de l’Espace de Réflexion Ethique Régional

Les Etats généraux de la bioéthique ont commencé et, pour la part qui leur revient, les débats publics organisés par les Espaces éthiques régionaux. Le temps est compté puisque ces débats s’étendront sur moins de trois mois au terme desquels leurs résultats seront transmis au Comité Consultatif National d’éthique. Il reviendra au CCNE de faire la synthèse des observations recueillies en France hexagonale et ultramarine et après avoir rencontré les grandes institutions comme l’Académie de médecine et les représentants des courants spirituels du pays,  de produire son propre rapport qu’il transmettra en mai à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) avant de le remettre début juillet la Président de la République. Ce rapport listera les grands domaines interrogés par la bioéthique1, afin d’éclairer le pouvoir exécutif et le Parlement sur les aspects de la législation qui pourraient nécessiter une révision. Viendra ensuite le temps politique qui s’étendra tout au long du second semestre et qui se conclura par le vote du Parlement.

Les débats publics prendront des formes diverses : certains viseront des publics ciblés notamment les jeunes, lycéens et étudiants dont l’avenir est concerné au premier chef, d’autres viseront le grand public. Enfin sur le site web de certains espaces éthiques dont celui de l’ex-région Poitou-Charentes, un  questionnaire en ligne peut être renseigné par chacun2.

L’Espace éthique régional de Nouvelle-Aquitaine va regrouper les espaces éthiques de l’Aquitaine, du Limousin et du Poitou-Charentes. Un thème fera l’objet des débats pour toute la Nouvelle-Aquitaine : il s’agit des indications sociétales de la PMA et la GPA. Par ailleurs le site de Bordeaux traitera aussi de la manière dont seront gérées les « big data », ces innombrables informations accumulées sur les données de santé et donc sur l’identité biologique de tous les citoyens ; le site de Limoges traitera aussi de la médecine prédictive, de la protection des données de santé à l’heure du numérique et d’environnement et santé. Ce thème d’environnement et santé sera aussi abordé sur le site de Poitiers dans une conférence-débat ouverte au grand public qui aura lieu à Chauvigny tandis que d’autres débats concerneront la fin de vie. Le calendrier des manifestations et des publics attendus est disponible sur le site web de chaque espace éthique et a été transmis à la presse.

Le but de ces débats est ambitieux : il s’agit en effet de laisser s’exprimer librement des paroles de citoyens sur des sujets dont on sait qu’ils suscitent des prises de position contradictoires. Il s’agit aussi pour ceux qui hésitent et qui doutent de mieux comprendre les enjeux éthiques des choix qui sont proposés et des valeurs que ces choix interrogent. Il s’agit même, pour celles et ceux qui ont déjà des certitudes, d’écouter les arguments que déploient celles et ceux qui ont des certitudes contraires. Les progrès de la médecine et, dans leur sillage, les conséquences environnementales des activités humaines sur la santé nécessitent de penser le monde que nous voulons pour demain sur une terre qui a déjà besoin de panser ses blessures qu’elles s’appellent perturbateurs endocriniens en France hexagonale et en Europe ou chlordecone aux Antilles3. A ce titre ces débats ne résoudront pas les problèmes mais ils doivent ouvrir à l’appropriation citoyenne, dans le respect mutuel, d’un questionnement qui ne doit plus être réservé à quelques-uns mais qui doit investir le plus grand nombre. Il tient en quelques séquences : « Comment faire pour bien faire ?», ce qui revient à se demander comment préparer aujourd’hui l’avenir d’un  monde qui devra tout à la fois ne pas se laisser instrumentaliser par les développements des biotechnologies mais aussi prendre conscience de la solidarité du vivant végétal et animal pour préserver la vie des êtres humains sur une terre fragile, conforter leur santé sans écarter les plus démunis et ne pas amoindrir leur humanité.

———————————-

1- « Seront ainsi au cœur des débats des domaines où les progrès scientifiques et technologiques ont été constants ou qui ont émergé ces dernières années (Reproduction, développement embryonnaire, cellules souches; Génétique et génomique; Dons et transplantations d’organes; Intelligence artificielle et robotisation; Données de santé ; Neurosciences; Santé et environnement…) mais aussi des domaines où les opinions de la société ont pu évoluer et qui interrogent de façon directe la société que l’on souhaite pour demain (Procréation : PMA ; GPA…) ; Fin de vie) » : Dossier produit par le CCNE à l’occasion de la conférence de presse de son président, le Pr Jean-François Delfraissy ; 18 janvier 2018 ; www.ccne-ethique.fr.
2- http://www.espace-ethique-poitoucharentes.org/
3- Balla Fofana. Insecticides : pourquoi le chlordécone agite-t-il (encore) la Martinique ? http://www.liberation.fr ; 30 janvier 2018.

©Roger GIL, Etats généraux de la bioéthique ou préparer le monde de demain; www.espace-ethique-poitoucharentes.org

Télécharger le texte du professeur R-Gil.

Des dates à retenir

Deux manifestations en lien avec la pastorale de la santé :

  • Samedi 14 Avril à Saint-Porchaire : A l’aumônerie catholique des étudiants à Poitiers, en présence d’Anne-Sophie et Foucaud du Boisgueheneuc.
  • Date et lieu à venir : Pour tous, avec les Drs Laurent Montaz, Anne-Sophie et Foucaud du Boisgueheneuc

Des débats publics :

  • Toutes les manifestations sont listées sur le site web de l’Espace éthique Poitou-Charentes : Suivez le lien.

Un questionnaire en ligne :

  • Sur le site web de l’Espace éthique auquel il faudrait que le plus grand nombre puisse répondre : Suivez le lien.