S’engager à la suite du Christ en s’inspirant de saint François d’Assise

Christian Genre, Pôle communication

En choisissant le nom de François, le cardinal Bergoglio tout juste élu pape puis en publiant son encyclique Laudato Si’ a mis en avant la personnalité et la démarche du « Poverello » d’Assise.

Mais ce ne sont pas  ces événements qui conduisaient le 12 novembre dernier dans la petite église de Cissé (86), neuf femmes et hommes à prononcer leur engagement définitif dans les Fraternités franciscaines séculières (OFS) et à une dixième à demander son admission. Tous venaient du Bocage et du Loudunais et étaient entourés de sœurs et frères venus de toute la région franciscaine Poitou-Charentes et bien sûr des fidèles de la communauté locale rassemblés pour l’Eucharistie présidée par le Père Jean-François Blot, curé de la paroisse Sainte-Radegonde en Haut-Poitou et lui-même membre de l’OFS .

Pour tous, cela faisait de longues années déjà qu’ils avaient rejoint, hasard des rencontres ou démarche volontaire, une fraternité existante ou en gestation. Une Fraternité, c’est-à-dire un petit groupe, en général de 6 à 12 personnes car au-delà il est difficile de partager la Parole de Dieu et souvent le repas. Un petit groupe qui se réunit mensuellement, chez l’un chez l’autre.

Dans son homélie portant sur l’Evangile du jour, celui des jeunes filles prudentes ou insouciantes, le père Jean-François Blot avait insisté sur « le cri qui jaillit dans la nuit », ce cri qui est celui de la Nativité dans la nuit de Noël et de la Résurrection au matin de Pâque. Ce cri  qui nous réveille, nous éveille. Le baptême fait de nous des « veilleurs ».

Dans nos vies, des cris, même si parfois silencieux, nous mettent en marche et nous conduisent à suivre le Christ par des chemins parfois inattendus.

Ces chemins ont conduit les deux Catherine, les deux Christiane, Christine, Reine, Marie-Hélène, Nicole et Charles à entrer dans des fraternités, à cheminer puis à demander leur admission il y a un an en la basilique de Notre Dame de Pitié après un long temps de réflexion.

A l’issue d’une année de formation, de prière personnelle et communautaire, ils ont souhaité s’engager  désormais pour toujours en prononçant publiquement et solennellement leur engagement à vivre la Promesse de vie évangélique :

« Moi, puisque le Seigneur m’en a fait la grâce, je renouvelle les engagements de mon baptême et je me consacre entièrement au service de son Royaume. C’est pourquoi je promets de vivre dans mon état séculier, tout le temps de ma vie, l’Evangile de Jésus Christ dans l’Ordre franciscain séculier en observant sa Règle. Que la grâce de l’Esprit Saint, la prière de la Bienheureuse Vierge Marie et saint François, ainsi que la communion avec mes frères me soient toujours en aide, pour parvenir à la perfection de la charité chrétienne ».

Après acceptation par la ministre régionale et confirmation par le célébrant, chaque nouveau membre a reçu le Tau qui marque symboliquement l’entrée dans le troisième ordre franciscain.

 

En effet sous le nom  de « franciscains » se regroupent trois « ordres » : les frères mineurs (moines) ordre fondé par saint François d’Assise en 1210,  les « Clarisses » (initialement appelées les Pauvres dames ») qui sont des moniales,  ordre fondé par sainte Claire en  1212 et le Tiers ordre composé de séculiers (donc ni moines ni moniales) fondé en 1221. En le créant, à la demande de nombreux disciples, Saint François étendait ainsi l’idéal évangélique à tous et permet à chacun de se reconnaître dans le Christ sans renoncer au monde séculier.

L’échange du baiser de paix entre les nouvelles sœurs et nouveaux frères et les ministres de l’ordre puis avec l’ensemble des membres de l’OFS présents a manifesté de façon visible le « Pace e bene » qui est la salutation héritée de François : la paix et la bienveillance sont au cœur de l’engagement franciscain, la joie aussi et un peu d’heureuse fantaisie.

Ensuite, Marie-Hélène, toute nouvelle engagée et ministre de la Fraternité Notre Dame des Anges de Loudun a accueilli la demande de Marcelle d’entrer comme postulante dans la cette fraternité.  Puis l’ensemble des frères et sœurs présents ont renouvelé, d’une même voix, leur engagement de vie évangélique

 

Après la signature des registres, un chant franciscain a clos la célébration eucharistique avant que le verre de l’amitié ne réunisse les très nombreuses personnes présentes, bonne occasion de rencontres  entre des personnes venues de toute la région et les fidèles de la paroisse et de mieux faire connaître les fraternités franciscaines séculières.

 

 

Comme le Père Jean-François Blot l’avait dit avec humour, la multiplication des pains s’est produite à nouveau avec le repas composé des mets apportés par chacune et chacun : de quoi nourrir celles et ceux qui n’avaient rien prévu…à l’image des jeunes filles de l’évangile.

Une très belle célébration : merci à sœur Madeleine au clavier, Henriette et Marie-Hélène à la direction des chants, aux enfants du KT qui ont assuré la prière universelle et l’offertoire. Une très belle journée : un grand merci à toute l’équipe de la communauté locale de Cissé.

Crédit photo: Didier Rousselle

Vous pouvez écouter des extraits de la célébration et l’entretien avec Marie-Hélène qui a confié au micro de RCF Poitou le pourquoi de son engagement.

Fermer