Synode national de l’EPUdF

Christian Genre, pôle communication.

Du 10 au 13 mai, Lezay accueille les membres et invités du synode national de l’Eglise Protestante Unie de France qui réunit nos frères et soeurs appartenant aux communions luthériennes et réformées.

Voici quelques images et impressions sur la première journée de ce synode.

Une assemblée très nombreuse et priante

Ce synode réunit les délégués envoyés par les neuf conseils régionaux réunissant eux-même les délégués envoyés par les 480 églises locales ou paroisses. Après l’appel nominatif des délégués ayant voix délibérative, l’assemblée réunissait 105 délégués mais avec les délégués sans voix délibérative et les invités, dont pour notre diocèse le Père Yves-Marie Blanchard, délégué à l’oecuménisme, représentant Mgr Wintzer retenu par le pèlerinage diocésain à Lourdes.

C’est ainsi environ 200 personnes qui ont animé le centre du bourg de Lezay. Parmi les invités figurait une délégation de l’église protestante de Corée du Sud, une église née il y a 103 ans et qui compte aujourd’hui 2,5 millions de membres, de quoi faire rêver nos églises de France ! Cette église a noué des liens préférentiels avec l’EPUdF depuis plusieurs années.

Deux des membres de la délégation coréenne

Dans son intervention, le responsable de la délégation a longuement évoqué le processus de paix qui vient de débuter entre les deux Corée et a demandé à l’assemblée de prier pour que ce processus donne rapidement des fruits, sans se cacher qu’il faudra du temps pour y parvenir.

Le choix de réunir un synode national dans une église rurale, c’était une première, n’était pas anodin car il voulait souligner l’enracinement de la réforme dans le monde rural et aussi en faire percevoir les défis, comme celui de l’élargissement géographique des paroisses ou églises locales.

Mme Villeneuve, présidente du conseil presbytéral local l’a bien souligné dans son intervention. C’est ainsi que l’église locale de Lezay déjà étendue sur un vaste territoire est désormais associée aux communautés de Lusignan et de La Mothe Saint Héray.

.

Un accueil chaleureux et fleuri                                       Francine Villeneuve présidente

Et un accueil en musique qui a fait découvrir le quadrille de Lezay

Comme nous l’a indiqué,  le pasteur Bertrand Marchand, arrivé en 2015, c’est un territoire d’une trentaine de kilomètres de long et une mobilité à faire partager, donc des habitudes à changer. Il compte sur le dynamisme de son équipe, l’organisation du synode a montré qu’elle l’est vraiment, pour faire évoluer les choses, tout en mesurant que seule la joie de se rencontrer pour prier ensemble peut vaincre les réticences.

Madame la pasteure, Emmanuelle Seyboldt a ensuite présenté, pendant une demi-heure, son message en tant que présidente du conseil national, un message reprenant le « Magnificat ».

Avec subtilité et humour, elle a évoqué la joie, celle de Marie et la sienne à exercer sa mission. Elle a souligné que Dieu choisit toujours ce qui est faible, que la confiance doit être incarnée à l’image de Marie, insistant sur la nécessité de mettre nos attitudes, individuelles et communautaires en adéquation avec nos paroles. Elle a pointé son discours sur l’aujourd’hui de l’espérance, sur le chemin qui est plus important que le but en prenant comme exemple le GPS imprécis de Moïse qui tourne 40 ans dans le désert alors qu’il pouvait faire le trajet en deux semaines…mais l’essentiel était le chemin suivi par le peuple juif et pas le terminus.

Elle a ensuite développé le thème de « S’attendre à Dieu ». Nous attendons-nous vraiment dans nos églises à Dieu? Sommes-nous prêts à être surpris par Dieu? Sommes-nous attentifs aux nouvelles pousses mais aussi à veiller à ne pas laisser de côté ceux qui ne marchent pas assez vite et à suivre les autres. « L’Eglise a besoin de tous ».

Comment garder confiance quand tout semble mort, comment rester humble quant tout semble réussir? Un outil: la fréquentation des Ecritures. Et c’est le projet dans lequel s’engage l’EPUdF pour les années à venir: travailler la Bible jusqu’à ce qu’elle nous travaille. Madame la pasteure Seyboldt a alors souligné que les mots de Marie dans le Magnificat sont tous tirés de la Bible, aujourd’hui Marie aurait pu être poursuivie pour plagiat!

Elle a conclu son message sur les « montagnes de désespoir » qu’évoquait Martin Luther King: le racisme, l’antisémitisme, la peur de l’étranger mais aussi la lutte contre le changement climatique et la protection de notre système écologique.

Et de conclure: « Magnifique est le Seigneur tout mon coeur pour chanter Dieu ». Un message longuement et chaleureusement applaudi par toute l’assemblée. Les travaux du synode vont maintenant se développer jusqu’à dimanche, la matinée se concluant par le culte synodal et l’accueil des nouveaux pasteurs.

Vous trouverez sous ce lien le message complet de Madame la pasteure Seyboldt.

Message synode 2018 Lezay