Les mouvements apostoliques

            « Avant d’être une structure, les Mouvements Apostoliques traduisent en acte une exigence de l’Evangile. Leur vie d’équipe, la révision de vie, disent une communion où l’existence des hommes est partagée, mêlée à la Parole du Verbe ». (Mgr Rouet : « La part du mystère de l’Eglise des Mouvements Apostoliques », Juin 1999)

             Les laïcs ont toujours eu une grande place dans l’Eglise. Déjà, au temps du Christ, ceux qui accompagnent Jésus dans sa prédication, ne se limitent pas au nombre des douze (cf. Luc 8/2-3). Dans les Actes des Apôtres, de nombreux exemples montrent que les laïcs tiennent une grande place dans la vie de l’Eglise primitive.

            Au XIXème siècle, le pape Léon XIII, dans son encyclique « Sapientiae christianae » encourage fortement les laïcs à apporter leur pierre à l’apostolat de l’Eglise. C’est dans ce contexte qu’est né le catholicisme social : Cercles catholiques d’ouvriers, Groupes d’ACJF, patronages….

             Le pape Pie XI , au siècle suivant, développe fortement l’Action Catholique. Dès sa première encyclique, il insiste à la fois sur la nature proprement apostolique du laïcat, sur le caractère généralisé de l’appel qui s’adresse à toutes les catégories sociales et sur le fait que la tâche du laïc s’inscrit dans une profanité des choses mieux reconnue. Dans le contexte d’un monde déjà en voie de sécularisation est né ce slogan : « Nous referons chrétiens nos frères ! ».

            Les bouleversements provoqués par la guerre 1939-1945 révèlent aux prêtres et aux laïcs chrétiens l’état de faiblesse du christianisme en France, et confirme l’importance de l’Apostolat des Laïcs. « France pays de Mission » (Henri Godin et Yvan Daniel 1943) « Essor ou déclin de l’Eglise » (Cardinal Suhard, 1949

            « Le laïc, devenu fils de Dieu par son baptême est, dans son existence chrétienne, signe et manifestation de l’Eglise, en ce sens qu’il contribue à rendre visible dans l’histoire et le temps la grâce rédemptrice de Dieu. Il est ainsi porteur de charismes, car l’Eglise n’est pas seulement structure hiérarchique mais communauté ouverte à l’initiative imprévisible de l’Esprit » (Karl Rahner, l’apostolat des laïcs, 1956 en référence à 1 Co 12/1-11).

            Le Concile de Vatican II entre dans le même mouvement.. « Lumen Gentium », « Apostolicam Actuositatem », « Gaudium et Spes ».

            Les Mouvements apostoliques sont attentifs aux réalités de ce monde et se veulent signe de Jésus-Christ dans ce monde, agissant face à tout ce qui bafoue la dignité humaine.

             Le Christ n’a pas sauvé l’humanité de l’extérieur, mais en partageant la condition des hommes. De même, les laïcs exercent leur apostolat quand ils s’efforcent de pénétrer l’ordre temporel d’esprit évangélique et travaillent à son progrès de telle manière que, en ce domaine, leur action rende clairement témoignage au Christ et serve au salut des hommes.

M. Pierre Duclos

Diacre permanent

Fermer